dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Plus d’un million de Syriens déplacés rentrent au pays

Damas, 9 mai (Prensa Latina) Selon les informations fournies par les comités de coordination syrien et russe, un million 72 mille syriens qui se trouvaient à l’étranger sont retournés dans leur pays.

Il faut ajouter à ce chiffre les 19 mille 500 Syriens déplacés en Jordanie qui sont rentrés chez eux après l’ouverture du poste frontalier de Nassib, comme l’a précisé le colonel Mazen Gandur, chef du Centre de Migration et Passeports de la zone.

Pour commencer, les autorités prennent toutes ces personnes en charge tant au niveau de l’alimentation que de la santé, puis elles sont transférées à leur lieu d’origine dans des moyens de transport garantis par le Gouvernement syrien, a précisé le colonel.

Pendant ce temps (malgré les obstacles mis sur leur chemin par les troupes nord-américaines de la base illégale d’Al Tanet) des centaines de réfugiés, en majorité des femmes et des enfants, sont parvenus à quitter le campement de Rubkan, à l’Est de Damas, près du triangle frontalier entre l’Irak et la Jordanie.

D’après les autorités syriennes et russes, 10 mille d’entre eux ont réussi à emprunter le couloir humanitaire ouvert à Jeleguem. Selon des témoignages recueillis auprès de journalistes se trouvant sur les lieux, « l’assistance médicale est inexistante et les groupes terroristes armés et soutenus par les États-Unis volent leur nourriture et abusent des civils ».

Pour toutes ces personnes déplacées, Rubkan est un camp de la mort où elles ont vécu dans des conditions catastrophiques. Elles y ont subi les pires sévices et ont été victimes des exactions commises par des extrémistes qui, protégés par les troupes nord-américaines, pillent la rare aide humanitaire qui parvient à pénétrer dans le camp.

40 mille citoyens syriens sont entassés dans le camp de Rubkan. Ils y vivent dans des conditions dramatiques, raison pour laquelle la Syrie, la Russie et la Croix Rouge Internationale demandent qu’ils soient évacués.

Peo/tgj/pgh

EN CONTINU
notes connexes