mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela exige aux États-Unis de respecter la Convention de Vienne

Caracas, 10 mai (Prensa Latina) Le chancelier du pays sud-américain, Jorge Arreaza, a exigé au Département d´État nord-américain de respecter la Convention de Vienne sur les Relations Diplomatiques.

Sur le réseau social Twitter, le ministre des Relations Extérieures a réitéré que la capitale étasunienne a servi de siège à l´ambassade vénézuélienne jusqu´à la rupture des relations diplomatiques entre les deux États le 23 janvier dernier.

Arreaza a en ce sens rappelé que la convention internationale stipule dans son article 45 qu´à la suite d´une rupture des relations diplomatiques entre deux États, ces derniers devront respecter et protéger, même en cas de conflit armé, les locaux de la mission de l´autre pays sur son territoire, tout comme ses biens et ses archives.

Le chef de la diplomatie a exigé à l´entité américaine d´éviter les agressions contre un groupe de citoyens nord-américains qui défend pacifiquement le siège diplomatique sud-américain à Washington, pour empêcher son occupation illégale par des partisans de Juan Guaido, député vénézuélien qui s´est autoproclamé président en charge de son pays avec le soutien des États-Unis.

« Notre reconnaissance à la dignité et la fermeté du collectif qui protège notre ancienne ambassade aux États-Unis. On les assiège, les agresse, et on leur coupe même l´électricité. Cela ne vous rappelle rien ? C´est la même stratégie illégale de l´impérialisme contre le peuple vénézuélien », a signalé Arreaza sur ce réseau social.

Les déclarations du titulaire répondent à une situation de violence provoquée à l´extérieur de la légation à Washington, et qui a connu une escalade depuis la nuit de mercredi.

Les activistes pacifistes défendant l´ancienne ambassade se trouvent à l´intérieur depuis plusieurs semaines, avec l´accord des autorités de Caracas.

La police des États-Unis a pour sa part pratiqué une détention forcée et une agression physique sur la personne de Gerry Condon, président de l´association nord-américaine des Vétérans pour la Paix, et qui s´est récemment rendu au Venezuela rejetant les politiques de la Maison Blanche contre le pays sud-américain. L´arrestation a justement eu lieu devant l´ancienne ambassade vénézuélienne à Washington.

De nombreuses vidéos postées sur internet montre cette arrestation, mais également que la police a permis à des partisans de Juan Guaido d´empêcher la livraison de nourriture et de médicaments aux militants se trouvant à l´intérieur du bâtiment, comme elle avait accompagné et protégé la compagnie étasunienne privée venue couper l´électricité.

peo/oda/odf

EN CONTINU
notes connexes