vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Espagne accuse les États-Unis de se comporter en « cowboy » au Venezuela

Madrid, 10 mai (Prensa Latina) Le ministre des Affaires Étrangères espagnol, Josep Borrell, a accusé les États-Unis de se comporter en « cowboy » au Venezuela et il a demandé que le conflit politique que connaît le pays soit résolu de manière pacifique.

Dans ses déclarations à « Televisión Española », Borrell a souligné la différence entre l’attitude du président Trump et de son Gouvernement et de celle du Groupe International de Contact pour le Venezuela composé de 12 pays de l’Union Européenne (UE) et d’Amérique Latine.

Selon le chef de la diplomatie espagnole, lorsque l’administration Trump affirme que l’option militaire est sur la table pour renverser le président constitutionnellement élu du Venezuela, Washington se comporte en « cowboy de farwest » qui tente d’effrayer ses adversaires en menaçant « de dégainer ».

En dépit de cette attitude des États-Unis, a-t-il tenu à souligner, le groupe de contact de l’UE continue à appeler à des négociations, comme le prouve l’envoi d’une délégation, afin d’encourager le dialogue entre les parties concernées par ce conflit.

« Pour nous, personne ne doit dégainer. Nous demandons que soit trouvée une solution pacifique et négociée », a insisté Borrell lors de ses déclarations à la télévision publique.

Il a réitéré qu’il continuerait à essayer de faire aboutir les plans du Groupe de Contact International et que « Madrid et Washington n’étaient pas sur la même longueur d’onde ».

« Ce problème ne pourra être résolu que par de nouvelles élections et nous sommes totalement opposés à des solutions qui puissent ressembler, de près ou de loin, à une intervention militaire », a-t-il insisté.

Interrogé sur l’échec de l’appel à un soulèvement militaire contre Maduro lancé par le député d’opposition Juan Guaidó, le ministre des Affaires Étrangères espagnol n’a pas hésité à qualifier les évènements du 30 avril dernier de « tentative de coup d’État militaire ».

« Il faut appeler les choses par leur nom », a affirmé Borrell, dont le Gouvernement a cependant reconnu Guaidó comme président en charge du Venezuela, tout comme les États-Unis et d’autres nations européennes et latino-américaines.

Peo/mem/edu/gdc

EN CONTINU
notes connexes