samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Cour Suprême de Colombie rejette les pressions des États-Unis

Bogotá, 13 mai (Prensa Latina) La Cour Suprême de Justice de Colombie a rejeté jeudi dernier les pressions du Gouvernement des États-Unis, après avoir pris connaissance du retrait de visas à plusieurs magistrats du pays.

Le haut tribunal a confirmé que les États-Unis ont annulé le visa du président de la Sale Pénale de la Cour Suprême, Eyder Patiño.

La même mesure de Washington à l´encontre de deux magistrats de la Cour Constitutionnelle, défendant l´Accord de Paix, a été rendue publique.

La Cour considère que « toute interférence, acte injuste, persécution, suivi ou interception illégale contre ses magistrats est également une agression contre l´indépendance judiciaire », signale un communiqué.

« Nous rejetons l´attaque systématique à l´intégrité du pouvoir judicaire, et particulièrement à l´encontre de certains magistrats de la Cour Constitutionnelle et contre le président de la Sale de Cassation Pénale », souligne la déclaration.

L´institution a encouragé le personnel en toge à ne pas se laisser influencer par des pressions injustes et déplacées, tout comme à rester fidèle à leur devoir.

Les critiques visant l´intromission des États-Unis dans les décisions judiciaires et législatives en Colombie se sont accentuées depuis que l´ambassadeur nord-américain dans ce pays, Kevin Whitaker, se soit réuni, il y a quelques semaines, avec plusieurs congressistes en plein milieu des débats concernant la Justice Spéciale de Paix (juridiction de transition accompagnant les accords de paix entre l´État et l´ancienne guérilla des FARC-EP).

L´Ingérence étasunienne concernant la souveraineté de la Colombie, notamment au sujet du processus de paix, a été fermement contestée par les bancs de l´opposition au Congrès.

« Les États-Unis ne devraient pas utiliser le système de visas pour faire pression sur des décisions législatives et judiciaires », a déclaré la législatrice de l´Alliance Verte Juanita Goebertus.

« La Succession d´attaques et de pressions à l´encontre de la Cour et ses magistrats, en raison des thèmes importants qu´ils sont en train de traiter, est une grave agression à l´indépendance des pouvoirs publics et à la démocratie », a pour sa part signalé le sénateur du Pôle Démocratique Ivan Cepeda.

L´opposition a demandé au Gouvernement du président Ivan Duque de se prononcer sur ce qui est ici qualifié de « grave intromission des États-Unis dans les affaires internes de la Colombie », dont le but est cette fois-ci que les objections présidentielles concernant la loi statutaire de la Justice de Paix soient avalisées.

peo/oda/tpa/cvl

EN CONTINU
notes connexes