lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une campagne sur Internet a influencé les élections de 2017 au Honduras

24 mai, Tegucigalpa (Prensa Latina) Ce que certains assurent à voix haute parait être certain: une fraude électorale a bien permis à Juan Orlando Hernandez (JOH) d´accéder une nouvelle fois à la Présidence du pays centre-américain, selon les informations de médias, de politiciens et d´intellectuels.

Un article publié par la BBC News Mundo au sujet d´Archimedes Group signale que cette compagnie israélienne a influencé les dernières élections de 2017.

Selon le travail intitulé « Comment opérait Archimedes Group », la compagnie, maintenant sanctionnée sur Facebook et accusée d´avoir interféré dans les élections du Mexique, du Panama et du Honduras, « a mis toute son artillerie au service de la désinformation au Honduras par la création de sites de fausses informations ».

Dans le cas de pays latino-américains, et en particulier celui du Honduras, nation avec l´un des indices de violence les plus élevés au monde et qui vit une crise démocratique depuis le coup d´État de 2009, le groupe israélien cherchait à irriter et polariser l´opinion.

L´une des pages fermées par Facebook se dénommait « Mon président JOH », soutenant explicitement les politiques d´Hernandez.

Juan Orlando Hernandez est le premier président réélu dans ce pays, lors d´élections controversées en 2017. Ce résultat a provoqué une vague de protestations dans le pays, dont de nombreux blocages de rues et avenues à Tegucigalpa et San Pedro Sula. Cette protestation a ensuite été fortement réprimée par les forces de l´ordre du pays centre-américain.

La compagnie israélienne a fait la promotion de son site Web jusqu´à jeudi 16 mai, lorsque Facebook a finalement bloqué ce groupe et ses sous-traitants pour « violer de manière répétée la politique de tergiversation, entre autres, et rendre viraux des comportements fictifs ».

Archimedes Group, conjointement à 65 comptes, 161 pages, 23 groupes, 12 événements et quatre profils d´Instagram qui se coordonnaient pour répandre des contenus fallacieux sur la politique latino-américaine, africaine et sud-asiatique, ont été éliminés de Facebook.

Le propre groupe mentionné, quelques heures après avoir été bloqué, a commencé à retirer de son site Web des textes dans lesquels il admettait « employer les outils nécessaires et les avantages disponibles pour changer la réalité en accords avec les désirs de ses clients ».

L´une des pages éliminées sur Facebook correspond à un profil visant à attaquer l´ancien président Manuel Zelaya (2006-2009, victime d´un coup d´État).

« C´est ainsi qu´opère la mafia internationale qui nous a imposé la DICTATURE de JOH pour bénéficier aux grands capitaux et leurs laquais au Honduras », a manifesté Zelaya sur son compte Twitter.

peo/acl/otf

EN CONTINU
notes connexes