jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Nouvelle attaque médiatique contre le Gouvernement vénézuélien

Carcas, 27 mai (Prensa Latina)Le chancelier du Venezuela, Jorge Arreaza, a aujourd´hui dénoncé une nouvelle attaque médiatique de la part du quotidien espagnol El Mundo, qu´il accuse de prétendre discréditer la gestion du Gouvernement du président Nicolas Maduro.

Par le biais du réseau social Twitter, le ministre des Relations Extérieures a qualifié de « journalisme faux et menteur »l´article du média européen, lequel attribue la mort d´un autre enfant de la liste de transplantation hépatique à la prétendue suspension du programme international de la part des autorités de Caracas.

Arreaza a rappelé que le programme de santé avec l´Italie était à l´époque exécuté par le biais de la filiale de la compagnie étatique Pétroles du Venezuela (Pdvsa) aux États-Unis, Citgo, laquelle a été confisquée par les autorités de Washington.

Le chef de la diplomatie a souligné que l´Exécutif bolivarien a donc envoyé les paiements au travers de Pdvsa, mais qu´ils ont été retenus par Novo Banco, au Portugal, dans le cadre des mesures coercitives unilatérales imposées par la Maison Blanche pour asphyxier le développement financier du pays sud-américain.

Le titulaire a en ce sens partagé des photos et images de certains des ordres de paiement émis par la gérance pétrolière pour transférer les fonds et continuer le programme de santé avec l´Italie, ainsi que les reçus des transactions rejetées et annulées par la banque portugaise.

Le secrétaire exécutif du Conseil National des Droits de l´Homme, Larry Devoe, a à ce sujet signalé que les paiements sans effets, destinés au traitement de patients ayant des maladies chroniques, atteignent les quatre millions 851 mille 278 euros.

Un groupe de mères d´enfants victimes de souffrances hépatiques graves (et pouvant bénéficier de l´aide et de l´accompagnement de l´État pour les traitements, notamment à l´étranger) ont récemment demandé à la haute commissaire des Nations Unies pour les droits de l´Homme, Michelle Bachelet, d´agir immédiatement pour que la Maison Blanche lève les sanctions contre la population vénézuélienne.

La plainte a été accompagnée et soutenue par Maria Eugenia Russian, présidente de la Fondation Latino-américaine pour les Droits de l´Homme et le Développement Social, organisation ayant un statut consultatif spécial à l´ONU. Russian a également tiré la sonnette d´alarme au sujet des effets de l´embargo économique, commercial et financier auquel fait face le Venezuela.

peo/rgh/odf/gdc

EN CONTINU
notes connexes