jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un congessiste républicain critique Trump pour avoir partagé une vidéo truquée contre Nancy Pelosi

Washington, 27 mai (Prensa Latina) Will Hurd, membre républicain de la Chambre des Représentants, a critiqué hier le président des États-Unis, Donald Trump, pour avoir partagé une vidéo truquée mettant en scène la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi.

Will Hurd, l’un des représentants de l’état du Texas, a déclaré à la chaine CBS que personne, pas même le chef de la Maison Blanche, ne devrait se permettre de « répandre des informations dont il sait qu’elles ont été manipulées ».

Sa réaction est due au fait que, jeudi dernier, Trump ait twitté un clip diffusé par Fox News qui montrait  Nancy Pelosi s’adressant à la Chambre des Représentants, mais le clip en question avait été truqué pour remplir certains silences lors de cette intervention.

Quelque temps auparavant, cette vidéo était devenue virale sur les réseaux sociaux des personnalités conservatrices du pays. On y voyait la présidente de l’Assemblée faisant un discours dont on avait décéléré la bande audio à 75 pour cent de la normale et corrigé le son ce qui donnait l’impression qu’elle était ivre et marmonnait.

De l’avis de Will Hurd, la polémique sur ce dernier exemple où Facebook a refusé d’éliminer une information erronée montre bien le manque de préparation pour se défendre contre de tels agissements.

Nos lois sur l’information sont totalement inadaptées. Nos dirigeants sont dépassés. Ils ne voient pas l’utilisation que l’on peut faire de ces nouvelles technologies dans l’avenir. Nous ne pouvons pas encourager cet état des choses. S’il est impossible de distinguer une information vraie d’une information fausse, la situation est vraiment inquiétante, ajoute Hurd.

Donald Trump, qui se trouvait au Japon en visite officielle, a publié cette vidéo après avoir violemment attaqué et offensé Pelosi qu’il a traitée de « folle ».

Mercredi dernier, à la fin d’une réunion entre le président et les dirigeants démocrates pour discuter d’un très important projet d’infrastructure, Pelosi a accusé Trump d’obstruction éventuelle au cours de la justice s’il continuait à refuser de remettre des documents exigés par le Congrès et à demander à des témoins de ne pas donner leur témoignage.

Un peu plus tard, Nancy Pelosi -qui occupe le poste le plus élevé dans la hiérarchie démocrate- a expliqué que sa remarque avait mis le président en rage, raison pour laquelle il avait ensuite affirmé qu’elle avait perdu la tête.

Plusieurs journaux font remarquer que ce type d’attaque -comme la manipulation de vidéos, par exemple- pourraient devenir un phénomène de plus en plus fréquent au fur et à mesure que se rapprochent les élections présidentielles de 2020.

peo/oda/mar

EN CONTINU
notes connexes