mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Trump continue à menacer le Mexique en raison de sa politique d’immigration

Washington, 31 mai (Prensa Latina) Le président des États-Unis, Donald Trump, a aujourd’hui continué de menacer le Mexique. Il a insisté sur le fait que ce pays voisin était capable de résoudre le problème du flux de migrants sans papiers faisant route vers la frontière des États-Unis.

Selon le chef de la Maison Blanche, le Mexique (dont le président ne partage pas le point de vue de son homologue nord-américain à ce sujet) profite des États-Unis depuis des dizaines d’années et pourrait, s’il le désirait, résoudre facilement ce problème.

« Il est temps que les mexicains fassent enfin leur devoir », a écrit sur son compte Twitter Donald Trump après avoir répété que les lois nord-américaines régissant l’immigration étaient mauvaises et que les démocrates étaient responsables de cet état de choses.

Il a ensuite expliqué que, si Washington augmentait les tarifs douaniers sur les produits mexicains, les compagnies nord-américaines abandonneraient le Mexique où elles avaient délocalisé 30 pour cent de la production automobile des États-Unis et rentreraient au pays.

Le Mexique doit reprendre le pays aux narcotrafiquants et aux cartels qui s’en sont emparés; en fait, les nouveaux tarifs douaniers que nous allons prélever sur les produits mexicains aideront le Mexique à se débarrasser de la drogue et des immigrants illégaux, a ajouté Donald Trump.

Il a fait remarquer que 90 pour cent des stupéfiants parvenaient aux États-Unis à travers la frontière avec le Mexique, que la drogue avait causé la mort de 80 mille personnes l’année dernière et qu’un million avaient été affectées par ce fléau.

Et il n’a pas oublié de rappeler que les États-Unis avaient un déficit commercial de 100 milliards de dollars avec le Mexique.

La veille, le président a annoncé sur son compte Twitter que Washington allait prélever une taxe douanière de 5 pour cent sur les produits importés du Mexique à partir du 10 juin prochain et que le taux augmenterait progressivement jusqu’à ce que le flux des immigrants illégaux se tarisse.

Dans un communiqué publié par la MaisonBlanche, le président a affirmé que si ce qu’il appelle la « crise de l’immigration illégale » était rapidement et efficacement résolue, les mesures prises contre le Mexique seraient immédiatement levées.

Cependant, si la crise persiste, les tarifs douaniers s’élèveront à 10 pour cent dès le 1er juillet, a fait savoir le chef de la Maison Blanche, dont la politique migratoire est condamnée dans son propre pays comme à l’étranger.

De même, a-t-il continué, si la situation ne change pas, les tarifs passeront à 15, 20 et 25 pour cent, le 1er août, le 1er septembre et le 1er octobre respectivement.

Et ces tarifs douaniers seront maintenus de manière permanent à moins que le Mexique ne parvienne à réduire de manière substantielle l’entrée illégale aux États-Unis de ces étrangers, a-t-il insisté.

Par contre, a-t-il précisé, les travailleurs entrant de manière légale, y compris ceux employés dans les diverses compagnies frontalières, pourront traverser facilement la frontière.

Après que le Congrès lui ait refusé cinq milliards 700 millions de dollars pour construire  un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, Trump a déclaré l’état d’urgence nationale en février dernier afin de pouvoir utiliser les fonds du Département de la Défense pour la construction de ce mur si controversé.

Cependant, le juge californien HaywoodGilliam, a interdit de manière temporaire que l’argent du Pentagone soit employé à la construction de ce mur. Cette interdiction, qui date de la semaine dernière, a été ratifiée hier et le juge a rappelé que le Congrès des États-Unis est seul habilité à contrôler les dépenses fédérales.

peo/mgt/dsa

EN CONTINU
notes connexes