mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Préoccupation à l’ONU après les incidents de tankers pétroliers dans le Golfe d’Oman

Nations Unies, 14 juin (Prensa Latina) Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterrez, s’est dit très inquiet après les explosions survenues sur deux navires pétroliers dans le Golfe d’Oman et il a condamné toutes les attaques menées contre des civils.

« Maintenant, il s’agit d’examiner les faits afin de déterminer les responsabilités », a-t-il déclaré au cours d’une réunion du Conseil de Sécurité sur la coopération entre les Nations Unies et la Ligue des États Arabes
.
« Le monde ne peut pas permettre qu’une grande confrontation éclate dans la région du Golfe », a-t-il ajouté.

De son côté, le secrétaire général de la Ligue des États Arabes, Ahmed Abdul Gheit, a demandé au  Conseil de Sécurité d’adopter des mesures pour assurer la sécurité dans cette zone.

« Certaines personnes sont en train d’essayer de créer des provocations dans la région; nous devons être attentifs et rester sur nos gardes », a-t-il indiqué.

La délégation des États-Unis a demandé que le sujet soit abordé dans une réunion du Conseil de Sécurité à huis clos une fois terminée la session consacrée àla coopération entre la Ligue des États Arabes et l’ONU.

L’inquiétude grandit également au sein de la communauté internationale à la suite des incidents dans le Golfe d’Oman. De nombreux pays estiment que les deux navires ont été victimes d’une attaque.

Selon des journalistes, le Front Altair et KokukaCourageous semblent avoir été attaqués hier par des « torpilles » et des « mines magnétiques ». Faits actuellement contredits par de nouveaux témoignages de l´équipage du KokukaCourageous.

Des équipes venues d’Iran ont secouru les membres d’équipage des deux tankers et le ministre des Affaires Étrangères iranien, Yavaf Zaria, a qualifié les faits de « douteux », étant donné qu’ils avaient eu lieu au moment même où le premier ministre japonais, Shinzo Abe, était en visite officielle à Téhéran.

Les mésaventures de ces deux navires ont mis sur le qui-vive toute la navigation sur cette zone. Des faits similaires avaient déjà touché quatre autres navires pétroliers, le 12 mai, alors qu’ils étaient dans des eaux sous la juridiction des Émirats Arabes Unis.

peo/jha/ifb

EN CONTINU
notes connexes