dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Iran proteste contre l’arrestation de son pétrolier à Gibraltar

Téhéran, 4 juillet (Prensa Latina) Le Ministère iranien des Affaires Étrangères a convoqué aujourd’hui l’ambassadeur britannique dans ce pays, Robert Macaire, pour l´informer de la protestation de l’Iran concernant la saisie illégale de son pétrolier dans le détroit de Gibraltar, ce matin.

‘Après la détention illégale du pétrolier iranien dans le détroit de Gibraltar par les Forces Navales du Royaume-Uni, l’ambassadeur britannique à Téhéran a été convoqué au Ministère des Affaires Étrangères’, a déclaré le porte-parole de la chancellerie iranienne, Abbas Mousavi, sur son compte Twitter.

Par la suite, dans des déclarations à la télévision d’État iranienne, Mousavi a expliqué avoir manifesté à l’ambassadeur britannique l´énergique protestation concernant ces actions destructrices du Gouvernement et des Forces Navales du Royaume-Uni.

Le porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères iranien a assuré que lors de la rencontre, les autorités iraniennes avaient souligné le caractère inadmissible de la détention du pétrolier, action qui pourrait conduire à une escalade des tensions dans la région.

Le chancelier espagnol, Josep Borrell, a pour sa part confirmé à Madrid que le pétrolier avait été arrêté à la demande des États-Unis et a indiqué qu’ils étudiaient ‘les circonstances dans lesquelles le fait s’est produit’, et évaluaient « comment cette mesure affecte notre souveraineté ».

Il a déclaré que l’arrestation avait eu lieu dans les eaux territoriales espagnoles, étant donné que Madrid ne reconnaît à Gibraltar que les eaux de son port, alors que le Royaume-Uni estime que la mer autour du rocher fait partie des ‘eaux territoriales britanniques de Gibraltar’.

Selon le ministre en chef de Gibraltar, Fabian Picardo, la mesure répond à une information donnée à son gouvernement ‘avec des motifs sérieux de croire que le navire Grace 1 violait les sanctions contre la Syrie’.

peo/rgh/mml

EN CONTINU
notes connexes