lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Gouvernement et l’opposition vénézuélienne entament un nouveau cycle de conversations politiques

Caracas, 9 juillet (Prensa Latina) Le Gouvernement et l’opposition vénézuélienne entameront cette semaine un nouveau cycle de dialogue afin de trouver une sortie négociée à la crise politique qui existe aujourd’hui dans le pays. La Norvège sera le pays médiateur entre les deux parties.

Cette nouvelle série de rencontres, qui se déroulera dans l’île de la  Barbade, confirme la volonté de l’Exécutif bolivarien de résoudre les différends par des voies démocratiques  et constitutionnelles.

Le ministre de la Communication et de l’Information, Jorge Rodríguez, a confirmé dimanche soir que les négociations étaient une continuation des réunions ayant eu lieu précédemment à Oslo, la capitale de la Norvège.

« L’histoire reconnaitra la volonté tenace de dialogue dont ont fait preuve le Gouvernement bolivarien,  notre éternel Commandant Hugo Chavez et le président NicolásMaduro. Nous formulons le vœux que ces efforts pour consolider la paix et l’entente nationale puissent enfin porter fruit », a écrit le ministre sur son compte Twitter.

Rodríguez a accompagné son message d’un communiqué du ministère des Affaires Étrangères du pays nordique indiquant que « les représentants des principaux acteurs politiques du Venezuela ont décidé de continuer le processus de négociations sous l’égide de la Norvège ».

Ce communiqué précise que les parties concernées se réuniront sur l’île de la Barbade pour continuer leur recherche d’une solution commune constitutionnelle pour le Venezuela, et il y est ajouté que les négociations seront poursuivies  » de manière continue et accélérée « .

Durant les célébrations du 5 juillet dernier pour commémorer le 208ème anniversaire de la Déclaration de l’Acte d’Indépendance, le président vénézuélien, NicolásMaduro, a ratifié la volonté de l’Exécutif bolivarien d’aller de l’avant dans le processus de concertation nationale auquel doivent participer tous les secteurs sociaux, politiques, économiques et culturels du Venezuela.

« Je tends une main généreuse afin d’obtenir la paix et l’union dans notre pays », a déclaré le chef de l’État, tout en exhortant les diverses factions politiques du pays à former une table ronde permanente pour que les vénézuéliens continuent à dialoguer entre eux, ce qui pourrait les aider à faire face à tout type de situation, à trouver des solutions pour résoudre les problèmes du présent et du passé et à rassembler toutes les potentialités et les bonnes volontés du pays ».

« Avec de la bonne volonté et un effort soutenu dans la négociation politique, nous y parviendrons. Chacun de nous doit céder une partie de ses revendications si nous voulons passer des accords. J’en appelle au dialogue parce que je crois en notre pays, que j’aime le Venezuela et que je désire un brillant futur à tous nos compatriotes », a-t-il conclu.

Son attitude conciliatoire contraste avec celle de Juan Guaidó, l’opposant que les États-Unis et leurs alliés reconnaissent comme président en charge après son acte d’usurpation illégal que les autorités légitimes du pays considèrent comme une tentative de coup d’État.

Guaidó a confirmé dans un communiqué qu’il participerait à la rencontre de dialogue de la Barbade, bien qu’il ait insisté sur le fait que toute négation devra aboutir « à la fin de la dictature », une déclaration qui a déjà suffi à faire échouer les tentatives de conciliation précédentes.

Le 23 janvier 2019, ce membre de l’Assemblée Nationale (parlement suspendu par la Cours Suprême du Venezuela pour n’avoir pas respecté la Constitution) s’est autoproclamé Président  en charge du Venezuela, en se basant sur une interprétation erronée du texte de la Constitution et avec le soutien direct de l’administration nord-américaine de Donald Trump.

NicolásMaduro, quant à lui, a été élu par plus de six millions de voix – 67 pour cent des participants aux élections présidentielles du 20 mai 2018,  un processus électoral qui a été avalisé par les observateurs nationaux et internationaux présents lors de ces élections.

peo/tgj/wup

EN CONTINU
notes connexes