mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Jugement pour désobéissance du président de la région espagnole de la Catalogne

Madrid, 15 juillet (Prensa Latina) Le président de la Catalogne, QuimTorra, sera jugé pour avoir refusé de retirer des symboles sécessionnistes des bâtiments publics pendant la précampagne des élections générales du 28 avril dernier, a informé vendredi dernier la justice espagnole.

La Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne (TSJC) a ordonné l’ouverture de la procédure orale contre Torra pour désobéissance présumée à la décision de la Commission Électorale Centrale (JEC) de retirer les rubans jaunes des institutions gouvernementales.

Les indépendantistes utilisent les rubans jaunes pour manifester leur solidarité avec les neuf dirigeants politiques et sociaux catalans emprisonnés depuis plus d’un an et demi, pour leur rôle dans la tentative frustrée de sécession qu’a vécue en 2017 cette région du nord-est du pays européen.

S’il est reconnu coupable, le mandataire séparatiste pourrait être interdits de fonctions publiques pendant deux ans au maximum, ce qui l’expulserait de la Generalitat, institution gouvernementale de cette communauté autonome.

En mars dernier, la JEC a donné au dirigeant un ultimatum pour qu’il retire toute la symbolique sécessionniste des bâtiments publics, afin de garantir la neutralité politique en vue des élections législatives d’avril.

Toutefois, Torra a ignoré et maintenu une banderole accrochée sur le balcon de la façade principale de la Generalitat, située à Barcelone, capitale de cette région du nord-est.

L´inscription de la discorde manifestait, en catalan et en anglais, Liberté pour les prisonniers politiques et exilés, étant accompagné d´un ruban jaune.

Après avoir violé le délai accordé à deux reprises et avant de céder définitivement à l’injonction, il a remplacé le ruban jaune par un autre blanc à côté du même message.

Le juge d’instruction de la Chambre Civile et Pénale du TSJC, Carlos Ramos, a ordonné que le président de la Generalitat soit jugé pour un ‘délit de désobéissance ou, subsidiairement, un délit de refus d’assistance à l’autorité compétente’.

Le parquet demande pour le mandataire une interdiction d’un an et huit mois de l’exercice de fonctions de gouvernement ou de fonction publique au niveau local, autonome, étatique ou européen, ainsi qu´une amende de 30 mille euros.

Peo/jha/edu

EN CONTINU
notes connexes