mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Bolsonaro critique les milieux environnementalistes et se fait traiter de « lâche »

Brasilia, 23 juillet (Prensa Latina) Le directeur de l’Institut National de Recherche Spatiale du Brésil (INPE), Ricardo Magnus Osório Galvāo, a traité de « lâche » le président Jair Bolsonaro après que ce dernier ait remis en question l’honnêteté et l’intégrité de  l´INPE.

Vendredi dernier, au cours d’une rencontre avec la presse étrangère, Bolsonaro a critiqué les chiffres donnés par l’INPE sur le taux de déforestation de l’Amazonie et les a qualifiés de « mensonges ».

« Si nous nous étions vraiment rendus responsables de toute la dévastation dont on nous accuse, l’Amazonie aurait disparu et ne serait plus qu’un désert », a affirmé le président d’extrême droite en cette occasion.

Puis il a posé la question suivante: « qui est donc ce type à la tête de l’INPE pour qu’il vienne ainsi nous donner des leçons ici, à Brasilia … d’après nous, ce qu’il raconte ne colle pas avec la réalité. On a vraiment l’impression qu’il est au service d’une quelconque ONG. Cela ne serait pas surprenant: ça arrive souvent », a déclaré Bolsonaro.

Devant de tels propos, Osório Galvāo a admis, dimanche, qu’il était surpris.

« La première chose que je peux dire est que  Monsieur Bolsonaro devrait savoir qu’un président de la République ne peut pas s’exprimer en public, surtout quand il est en conférence de presse, comme s’il parlait au comptoir d’un bar », a-t-il conseillé.

« Les commentaires du président' », a-t-il insisté,  » étaient inappropriés et sans fondements. Ses attaques sont inacceptables, non seulement pour moi, mais aussi pour les personnes qui travaillent pour la science dans ce pays ».

« Il (Bolsonaro) s’est comporté comme un lâche. Lâche par ce qu’il a fait cette déclaration en public en s’attendant à ce que je ne réponde pas. Mais telle n’est pas mon intention », a précisé l’ingénieur.

Puis il a ajouté qu’il espérait que le chef de l’État le convoquerait à « Brasilia pour que je  puisse expliquer les informations données par l’INPE et qu’il ait le courage de me répéter ce qu’il a dit à la presse les yeux dans les yeux ».

Selon les derniers chiffres fournis par l’INPE, le taux de déforestation au Brésil au mois de juin 2019 a augmenté de 88 pour cent par rapport au mois de juin de l’année précédente.

Peo/jha/ocs

EN CONTINU
notes connexes