jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Trump intensifie les attaques contre le Venezuela par un blocus économique total

Washington, 6 août (Prensa Latina) Le président étasunien Donald Trump a renforcé son hostilité à l’égard du Venezuela en signant un décret qui étend au blocus économique total les sanctions imposées à ce pays sud-américain.

La mesure paraphée ce lundi par le mandataire républicain gèle tous les actifs du gouvernement du président Nicolas Maduro et interdit les transactions avec ce dernier sauf exception spécifique, ont rapporté des médias nord-américains.

Le Wall Street Journal a cité un haut fonctionnaire de l’administration qui a déclaré que l’ordre, qui sera officiellement annoncé aujourd´hui, menace d’infliger des sanctions à pratiquement n’importe quelle entreprise ou individu, étranger ou étasunien, se livrant à des activités commerciales ou offrant un soutien à des personnes affiliées au gouvernement de Maduro.

Un tel siège, que l’administration nord-américaine qualifie d’embargo mais dénoncé par le pays latino-américain comme un blocus, ne comprendrait que des exemptions liées à des affaires officielles de l’exécutif fédéral des États-Unis et à des transactions liées à une livraison d’aide humanitaire, a précisé la télévision CNN.

Le président nord-américain a envoyé une lettre au Congrès pour l’informer de cette mesure, qui représente une forte escalade de l’agressivité de son administration contre Caracas, et rappelle les sanctions imposées par Washington contre Cuba, la République Populaire Démocratique de Corée, l’Iran et la Syrie.

Trump, qui ne reconnait pas le gouvernement constitutionnel de Maduro bien que le représentant vénézuélien ait été réélu en mai 2018 avec 68 % des voix, a justifié sa décision dans la lettre au législatif par l’argument selon lequel il est nécessaire de bloquer les propriétés vénézuéliennes à la lumière d’une prétendue usurpation de pouvoir. Le chef de la Maison Blanche a qualifié d’illégitime l’exécutif du territoire sud-américain, contre lequel il a soutenu une tentative de coup d’État en avril dernier dans le cadre de son soutien à Juan Guaidó, titulaire de l’Assemblée Nationale vénézuélienne inhabilitée depuis 2016, qui s’est autoproclamé président de ce pays en janvier dernier.

Il a également évoqué, entre autres, les violations présumées des droits de l’Homme et ‘les tentatives continues de nuire au président par intérim Juan Guaidó’, sans jamais faire allusion à l’impact négatif des nombreuses sanctions imposées par les États-Unis sur les conditions de vie de la population vénézuélienne.

Selon le quotidien nord-américain, l’action accordera 21 dérogations à des organisations internationales et non gouvernementales pour des services tels que les biens humanitaires, le courrier, la nourriture, les médicaments et l’Internet, mais des experts ont averti que ce type de dispenses fonctionnent rarement dans la pratique.

Jeffrey Schott, expert en sanctions économiques de l’Institut Peterson d’Économie Internationale, a indiqué à ce média que Washington bloque aussi généralement les aliments et les médicaments parce que le gouvernement qui veut les importer ne peut pas obtenir de financement.

peo/oda/mar/gdc

EN CONTINU
notes connexes