jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des secteurs de l´opposition vénézuélienne rejette l’ordre exécutif des États-Unis

Caracas, 8 août (Prensa Latina) Malgré les sympathies manifestées par un secteur politique qui applaudit l´ordre exécutif des États-Unis contre le Venezuela, divers acteurs de l’opposition rejettent aujourd’hui catégoriquement le blocus que prétend imposer Washington.

Dans une interview accordée à la télévision privée Globovisión, l’ex-candidat présidentiel et dirigeant du parti de droiteAvanzadaProgresista (Avancée Progressiste), Henri Falcón, a averti que les sanctions de la Maison Blanche pourraient engendrer une grave crise qui, selon lui, affecterait les secteurs les plus démunis du pays sud-américain.

Nul ne peut nier que les sanctions sont venues aggraver le problème, car elles ont eu un impact très négatif sur les secteurs de la distribution alimentaire, de la médecine, des soins de santé publique qui ont été affectés par le blocus, a précisé le leader de l’opposition.

De même,celui qui est également l´ancien gouverneur de l’État de Lara, s’est interrogé sur le fond politique de la mesure, affirmant qu’au lieu de promouvoir un changement politique, le blocus n’a pas d’effet réel sur le gouvernement mais au contraire, il génère la cohésion’, a-t-il déclaré.

De son côté, le secrétaire exécutif de l’organisation d’opposition AlternativaUnoJuntos (Alternative Un Ensemble), Rafael Curvelo, a rejeté le nouveau décret signé le 6 août par le président américain, Donald Trump, par lequel ils prétendent bloquer tous les biens et intérêts appartenant au Gouvernement vénézuélien sur le territoire étasunien.

« C’est un problème grave qui nous concerne tous. Je suis contre de telles mesures; ce sont des actions qui n’affectent pas les fonctionnaires, mais qui touchent directement le peuple », a déclaré le dirigeant politique dans l’émission « La entrevista » d’Union Radio.

Tant Falcon que Curvelo, ainsi que les députés de l’Assemblée Nationale (Parlement inhabilité depuis 2016)MelvaParedes, Manuel Texeira et Carlos Melo, ont convenus de soutenir le processus de dialogue entre le Gouvernement et l’opposition actuellement mené à la Barbade sous la médiation de la Norvège.

« Les États-Unis veulent être un tuteur, et ça nous devons le refuser. Au-delà de ceux qui sont à la Barbade, nous croyons que c’est un mécanisme et un espace qui doit prévaloir, pour nous aider à résoudre les problèmes immédiats de la population », a indiqué Curvelo.

À cet égard, le gouvernement bolivarien a annoncé mercredi qu’il ne participerait pas à la série de pourparlers prévus pour aujourd’hui et demain, et ce suite aux déclarations de soutien à l´ordre exécutif de la part de factions de l’opposition soumises à la politique hostile de Washington contre la nation sud-américaine.

peo/rgh/odf

EN CONTINU
notes connexes