samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La France qualifie de positive la réunion avec le ministre des Affaires Étrangères iranien à Biarritz

 Biarritz, France, 26 août (Prensa Latina) Le Gouvernement français a qualifié hier de positive la rencontre à Biarritz entre le chancelier iranien, Mohammad JavadZarif, et le président Macron qui q accueilli le sommet du G7 dans cette même ville.

 

 Selon le Palais de l’Elysée, les sujets abordés auront des prolongements dans le cadre de la réunion du G7 qui va se poursuivre aujourd´hui entre les dirigeants de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis, de la France, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni.

 La crise créée autour de l’affaire iranienne après la décision des États-Unis de quitter unilatéralement l’accord qu’ils avaient signé en 2015 sur le programme nucléaire de Téhéran est l’un des thèmes prioritaires du sommet en raison de la menace que la situation actuelle dans le Golfe Persique représente au niveau local et international.

 

 Zarif, qui a déjà quitté la France, a été reçu pendant près de trois heures par son homologue français, Jean-Yves Le Drian. Le président Macron s’est joint à leur discussion pendant environ une demi-heure.

 Des représentants de l’Allemagne et du Royaume-Uni ont également assisté à cette réunion, marquée par les efforts de Paris pour empêcher l’escalade d’une situation qui a semblé être sur le point de mener à une confrontation militaire.

 « Trump était-il au courant que le chancelier iranien avait été invité à Biarritz? »: telle est la question que tout le monde se pose.

 

Le Gouvernement français affirme que oui, tout en ajoutant que cette invitation s’est faite à l’initiative de la France et non du G7.

 Des sources de l’Elysée ont d’ailleurs précisé que le thème a été abordé avant-hier au cours d’une rencontre de deux heures entre Macron et Trump pendant lequel le chef de la Maison Blanche a confirmé qu’il n’avait aucun intérêt à se trouver confronté à un conflit dans la région mais que, par contre, il serait favorable à un nouvel accord sur l’affaire nucléaire.

 Plus tôt dans la journée, le problème iranien avait fait la une des discussions du G7 lorsque la France a annoncé que le groupe avait demandé au président français de faire parvenir un message au Gouvernement perse et que Trump avait déclaré ne pas se joindre à cette initiative.

 Peu de temps après, Macron est apparu devant la presse pour expliquer que le G7 est un club informel qui ne peut délivrer ni des mandats ni des compétences.

 « Le président Trump a raison », a-t-il reconnu, « il ne peut exister de mandat formel dans le cadre du G7. Par conséquent, chaque pays membre maintiendra ses propres initiatives ».

 Cependant, a-t-il ajouté, les 7 pays réunis à Biarritz partagent le même objectif  « empêcher que l’Iran se dote de l’arme nucléaire » et éviter une escalade dans le Golfe Persique.

 

peo/acl/wmr

EN CONTINU
notes connexes