vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Argentine utilisera SmartMatic pour les élections présidentielles

Buenos Aires, 28 août (Prensa Latina)Malgré la pluie de critiques et les rapports des observateurs légaux, le Gouvernement argentin s’adressera à nouveau à SmartMatic -compagnie vénézuélienne dont le siège se trouve à Londres- pour le comptage des résultats provisoires de vote lors des élections présidentielles du mois d’octobre prochain.

 

Alors que l’équipe d’observateurs ayant participé aux primaires du 11 août signale que le software utilisé lors de ces élections à fonctionné de manière totalement défectueuse, le secrétaire aux Affaires Institutionnelles du Ministère  de l’Intérieur, Adrián Pérez, a confirmé hier que cette même compagnie sera chargée du décompte des votes aux prochaines élections présidentielles.

 

Dans ses déclarations à « La Red » (« Le Réseau »), cet employé de l’État a assuré que les critiques des observateurs pouvaient être corrigées et qu’on s’y employait.

 « Un défaut technique est apparu. Un inconvénient qui a eu des conséquences sur les délais de diffusion des résultats », a admis Pérez, ajoutant que les experts n’ont pas suggéré de remplacer la compagnie mais seulement de porter les modifications nécessaires.

 Bien avant ces primaires, plusieurs  voix de l’opposition – parmi lesquelles celles des  actuels candidats aux présidentielles Alberto Fernández et Roberto Lavagna – avaient exprimé leur inquiétude et leur manque de confiance au sujet d’un système de comptage opéré par une compagnie controversée. Le collectif politique constituant le « Frente de Todos » (« Le Front de Tous ») était même allé jusqu’à présenter un recours de protection pour que cette compagnie soit exclue de cette tâche.

 Dernièrement, le jour des primaires, les coalitions politiques qui se présentaient devant les électeurs ont dénoncé les failles du système national de transmission des résultats pour le comptage des votes. Une heure et demie après la fermeture des bureaux de vote, et sans qu’aucun résultat n’ait encore été communiqué, le  président Macrí avait déjà personnellement reconnu les mauvais résultats de son parti à ces élections.

 peo/jha/may

EN CONTINU
notes connexes