jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Lula : la lutte des travailleurs est la même partout dans le monde

Brasilia, 24 septembre (Prensa Latina) L’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, qui purge une peine de prison politique depuis avril 2018, a dénoncé que les injustices sont partout aujourd’hui et que la lutte des travailleurs est la même partout dans le monde.

Cette maxime apparaît dans une lettre que Lula a envoyée à la conférence du Parti Travailliste du Royaume-Uni et dans laquelle il met également en garde contre l’avancée de l’extrême droite dans le monde.

Selon le Parti des Travailleurs du Brésil, le texte a été lu lors d’une rencontre de la jeunesse de l’organisation politique à Londres qui a nommé Lula président d’honneur.

‘À l’âge de 73 ans, dont 50 sont consacrés à la lutte contre les inégalités, je me sens encore plus jeune avec ma nomination à la présidence d’honneur de Young Labor’, note l’ancien dirigeant ouvrier dans la missive.

Il précise que ce tribut prouve, en premier lieu, que seules les personnes âgées abandonnent leurs rêves de jeunesse et qu’il n’abandonnera jamais les siens. Et cela prouve aussi que les injustices sont partout et que la lutte des travailleurs est la même partout dans le monde.

Il considère « l’austérité comme le mot magique que les riches utilisent partout dans le monde pour voler les droits et les acquis de la classe ouvrière. Nous devons économiser de l’argent, réduire les dépenses, disent-ils, tout en démantelant l’État, en devenant plus riches et en appauvrissant les pauvres ».

« C’est le cas au Royaume-Uni, c’est encore le cas au Brésil depuis le coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff et l’élection ultérieure d’un gouvernement d’extrême droite », a-t-il souligné.

Lula estime que l’élite qui a gouverné le Brésil pendant cinq siècles l’a fait prisonnier politique et l’a empêché de participer aux élections de 2018, en violation de la Constitution brésilienne et de la résolution du Comité des Droits de l’Homme de l’ONU.

« Les conséquences de la montée de l’extrême droite au Brésil sont ressenties en chair et en os par notre peuple, et se traduisent dans le monde entier par des images de l’Amazonie brûlée et des hélicoptères de la police tirant sur les communautés les plus pauvres de Rio de Janeiro », note Lula dans la missive.

L´ancien président reconnaît que tout cela lui cause beaucoup de peine, mais ne le fait pas plier. ‘Un jour, la justice sera rétablie et je sortirai de prison encore plus prêt à lutter pour le rêve de nous tous, jeunes de tous les âges : la construction d’un monde meilleur’, souligne-t-il.

peo/jf/ocs

EN CONTINU
notes connexes