samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Selon la Russie, « les États-Unis soutiennent ouvertement les terroristes en Syrie »

Moscou, 27 septembre (Prensa Latina) À la suite de la nouvelle série de sanctions annoncée par Washington à son encontre -la 75ème depuis 2011-, la Russie a aujourd’hui accusé les États-Unis de se placer ouvertement du côté des terroristes en Syrie.

Les États-Unis indiquent que ces sanctions sont une punition « pour avoir organisé l´approvisionnement de carburant aux avions des forces aériennes russes en Syrie », explique un communiqué des Affaires Étrangères russes.

Étant donné que ces Forces Aérospatiales russes aidaient le gouvernement syrien à lutter contre les groupes terroristes depuis 2015, on ne peut en tirer que la conclusion que les États-Unis ont pris ouvertement parti pour les terroristes, dénonce le document.

Nous condamnons énergiquement cette politique cynique et sans principes de Washington, souligne le communiqué.

Les sanctions prises hier par les États-Unis contre trois citoyens russes, cinq navires et une compagnie, représentent donc la 75ème série de sanctions imposées depuis 2011, lorsque Washington a abandonné le « réajustement » des liens bilatéraux et a commencé son entreprise de destruction, poursuit ce document officiel.

De plus, ajoute la Chancellerie russe, les instigateurs nord-américains de cette tentative pour faire pression sur la Russie en imposant des restrictions ne sont parvenus à aucun résultat. Cette fois-ci, pourrait-on dire, Washington fait preuve d’encore plus d’imprudence que d’habitude.

La Russie note avec inquiétude que la Maison Blanche « parraine » les terroristes de Jabhat al-Nusra et de Kheyat Tahrir al-Sham en leur fournissant ce dont ils ont besoin et en essayant de les protéger contre les attaques dirigées contre eux, alors qu’il s’agit des héritiers d’Al Qaeda, une organisation dont la nature terroriste est universellement reconnue, rappelle le communiqué.

Pour justifier les sanctions contre la compagnie russe Sovfrakt en 2016 -compagnie qui assurait l´approvisionnement de combustible à la Syrie- et pour geler une partie significative de ses fonds -sans les lui rendre, ce qui revient à un vol- la Maison Blanche a utilisé, a l’époque, le prétexte du dossier de la Crimée, explique le document.

Mais, maintenant – peut-on y lire-  les masques tombent complètement. La preuve est faite. Ce que désire Washington, c’est éviter l’élimination des terroristes se trouvant sur le territoire syrien.

Ainsi, considère Moscou, il n’est plus possible de nier la complicité coupable des États-Unis avec le terrorisme.

Pour la Russie, ces nouvelles sanctions n’ont rien de nouveau. La lutte contre les terroristes en Syrie se poursuivra, malgré Washington qui soutient ouvertement les terroristes, occupe illégalement une partie du territoire d’un pays souverain et fait ainsi son possible pour que le conflit ne prenne pas fin, conclut le communiqué.

Peo/tgj/to/cvl

EN CONTINU
notes connexes