samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La dignité et l’innocence de Lula

Par Osvaldo Cardosa *

Brasilia, 1er octobre (Prensa Latina) De toutes les manières de tromper, le déguisement de justice est le plus dévastateur et l’ancien président brésilien Luiz Inácio da Silva a de toute évidence reconnu la maîtrise des procureurs de l’opération Lava Jato pour enchanter, qui n’est ici que l’art de mentir.

Après avoir recouru à de multiples conjurations pour condamner et emprisonner Lula, au moins 15 agents publics de la Lava Jato, comme de fervents gardiens de la loi, ont demandé à l’improviste le 27 septembre dans une note signée, y compris par le coordinateur Deltan Dallagnol, que l’ancien syndicaliste passe au régime semi-ouvert.

Cette condition permettrait au fondateur du Parti des Travailleurs (PT) de sortir de prison pendant la journée pour travailler et de revenir ensuite la nuit pour dormir. Les spécialistes indiquent que dans ce scénario, les précautions de sécurité sont plus faibles, avec une plus grande liberté de mouvement, un instrument important de transition du prisonnier au régime de liberté.

Toutefois, cette plus grande autonomie ne signifie pas que le détenu peut aller où il veut. Bien que les restrictions soient mineures et que les règles de discipline soient moins strictes, il s’agit toujours de l’exécution d’une peine sous une liberté encore restreinte.

L’équipe spéciale de la Lava Jato a fait valoir que l’ancien chef de l’État avait déjà purgé un sixième de sa peine (durée minimale en régime fermé) et devait progresser vers une situation plus douce, comme le prévoit la loi pénale brésilienne.

Depuis le 7 avril de l’année dernière, Lula est toujours incarcérée à la prison de la Direction de la police fédérale de Curitiba, capitale de l’État du Paraná, pour une peine de huit ans et dix mois dans l’affaire dite triplex de Guarujá.

Sans preuve concrète, l’ancien dirigeant est accusé d’avoir reçu un appartement de luxe dans cette station balnéaire de São Paulo en échange de faveurs politiques à la société OAS, accusation qu’il a toujours nié.

Pour la demande du régime semi-ouvert, les procureurs ont déclaré que ‘le bon comportement de la part de la prison a été certifié (critère subjectif) par le surintendant de la police fédérale au Paraná et a entendu la défense (exigence formelle)’.

PLEINE LIBERTÉ

Convaincu de la fausseté et de la double intention des procureurs, Lula a renoncé au bénéfice auquel il avait droit pour progression de la peine et a appelé au plein rétablissement de sa liberté.

Une fois de plus, il a clairement indiqué qu’il n’échangerait jamais sa dignité pour la liberté et qu’il n’accepterait pas de favaeur. ‘Il appartient maintenant à la Cour Suprême de corriger ce qui est mal pour une justice indépendante et impartiale’, a-t-il écrit dans une lettre lue par son avocat Cristiano Zanin Martins à la sortie du siège de la police fédérale de Curitiba.

Dans la lettre, Lula indique que les procureurs de Lava Jato devraient présenter leurs excuses au peuple brésilien, aux millions de chômeurs et à ma famille, pour le mal qu’ils ont fait à la démocratie, à la justice et au pays’.

Il affirme qu’il a prouvé que les accusations portées contre lui sont fausses et que l’ancien juge et actuel ministre de la Justice, Sérgio Moro, qui l’a condamné, Dallagnol et Lava Jato sont ceux qui sont emprisonnés dans les mensonges qu’ils ont racontés au Brésil et au monde.

L’ancien président reconnaît dans le message qu’il a pleinement conscience des décisions qu’il a prises et souligne qu’il n’y aura pas de répit tant que la vérité et la justice n’auront pas été rétablies.

Zanins Martins a réaffirmé pour sa part que l’ancien syndicaliste ne reconnaît pas la légitimité du procès et la condamnation prononcée par Moro. Il n’accepte aucune condition imposée par l’État. Voici la position de Lula, matérialisée dans une lettre, pour être très clair.

Selon le juriste, Lula cherche à obtenir la reconnaissance qu’il a été ‘victime de procès corrompus pour nullité’, comme le soupçon de partialité de Moro lorsqu’il était magistrat fédéral.

MÉFIANCE

À l’évidence, les membres de Lava Jato ne sont pas dignes de confiance, opération de plus en plus critiquée par les diverses irrégularités qui ont été révélées depuis juin dans les fuites du site numérique The Intercept.

La proposition de régime semi-ouvert, signée par Dallagnol, ne répond pas non plus à la demande de Lula de révoquer complètement son arrestation arbitraire.

De nombreux analystes appellent l’attention sur la sincérité de la demande de placement de Lula en régime semi-ouvert, d’autant plus que ce groupe d’accusateurs de Lava Jato a toujours demandé des peines plus lourdes à chaque condamnation de l’ancien chef d’État.

Certaines réponses semblent viser juste, comme le fait que la Lava Jato est en position d´échec, est dans les cordes, car ses méthodes et ses erreurs sont mises en lumière, et la Cour Suprême Fédérale (STF) ne peut pas esquiver le regard.

De même, si l’ordre constitutionnel et la justice sont respectés, le STF n’aura d’autre choix que de reconnaître la partialité des procès contre Lula, qui fait l’objet de poursuites judiciaires et politiques sans précédent dans l’histoire nationale.

Ceux qui lui offrent la moitié de sa liberté sont ceux qui l’emprisonnent. Le président Lula n’est pas d´accord, il défend son innocence. Il a dit qu’il ne partirait pas d’ici (la prison) la tête basse’, a indiqué Emidio de Souza, de la direction nationale du PT.

Alors que l’ancien ministre Paulo Vannucnhi a indiqué que ‘Lula s’est engagé à payer cher pour l’injustice et la violence dont il a été victime. Il ne quittera Curitiba qu’avec un certificat d’innocence. Il n’acceptera aucune condition portant atteinte à sa dignité, reconnue mondialement’.

L’avocat, enquêteur et membre de l’Association Brésilienne des Juristes pour la Démocratie, Sérgio Graziano, estime qu’en tant que prison politique, les demandes et décisions en l’espèce ne doivent pas être évaluées de manière éminemment légale.

Pour Lula, la demande est une sorte de ruse de la part des procureurs, qui tentent de passer une lecture comme s´il était un prisonnier ordinaire. N’importe qui accepterait cela (aller au régime semi-ouvert), mais Lula n’est pas quiconque. C’est l’incarnation de la violation des droits de l’homme. Donc il n’est pas juste un prisonnier, pas juste un prisonnier politique, il représente beaucoup plus que ça, a expliqué Graziano.

Plus d’une fois, l’ancien président a déclaré qu’il n’était pas disposé à porter un bracelet électronique, comme un voleur ou un pigeon voyageur, et comme il l’a exprimé, dès avant sa condamnation, lors de son premier face-à-face avec Moro : les membres de Lava Jato sont les otages de leurs mensonges.

Il a dénoncé le fait qu’ils étaient condamnés à mentir, car le caractère ne semble pas être la caractéristique de ces personnages pour assumer qu’ils ont violé des lois et utilisé politiquement la justice pour atteindre leurs objectifs idéologiques.

peo/arb/ocs

*Correspondant de Prensa Latina au Brésil.

EN CONTINU
notes connexes