dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Damas appelle les kurdes à ne pas croire aux promesses des États-Unis

Damas, 3 octobre (Prensa Latina) Le ministre des Affaires Étrangères de Syrie, Walid Al-Moallem, a appelé les kurdes syriens à ne pas accorder confiance aux promesses des États-Unis, a fait savoir la chaine arabe Al-Mayadeen.

« Les kurdes sont des citoyens syriens et ils seront traités en conséquence, mais quiconque coopère avec le gouvernement des États-Unis contre les intérêts de son propre pays ne peut pas être considéré comme un bon citoyen et il aura à en rendre des comptes », a déclaré le chancelier syrien dans l’entretien qu’il a accordé à la chaine Al-Mayadeen.

Walid Al-Moallem a demandé aux milices kurdes armées de ne pas se laisser tromper par les promesses des États-Unis et a réaffirmé que tous les territoires contrôlés par la milice autoproclamée des « Forces Démocratiques de Syrie » retourneront finalement sous contrôle de l’État syrien.

Dans son entretien, le chef de la diplomatie syrienne a ratifié la détermination de Damas de libérer la totalité du territoire national du terrorisme et de l’occupation étrangère illégale.

« Pour le moment, la priorité est d’accentuer la lutte contre le terrorisme. D’autres priorités suivront, y compris l’expulsion de toutes les forces étrangères se trouvant sur le sol syrien », a répété le chancelier.

Dans ses commentaires sur la situation dans la province d’Idleb, Al-Moallem a indiqué que l’État syrien a donné aux terroristes d’amples opportunités pour trouver un arrangement. « Les terroristes ont trois options: soit ils seront emprisonnés en Syrie, soit ils seront abattus, soit ils pourront retourner dans leur pays d’origine. La Syrie préfère la troisième alternative », a-t-il expliqué.

Quant aux relations entre Damas et Ankara, Al-Moallem a réitéré que « la Turquie doit choisir entre être un pays voisin de la Syrie ou un ennemi. Dans le premier cas, elle devra montrer sa bonne volonté en retirant ses troupes de Syrie et en arrêtant de soutenir  les terroristes », a-t-il conclu.

Peo/tgj/fm/cvl

EN CONTINU
notes connexes