vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Palestine appelle l’ONU à se prononcer contre les crimes d’Israël

Ramallah, 3 octobre (Prensa Latina) Le ministre palestinien des Affaires Étrangères, Riyad Malki, a appelé aujourd’hui les rapporteurs spéciaux de l’ONU à exposer les crimes israéliens commis contre le peuple palestinien sous occupation.

Malki a indiqué avoir envoyé des lettres au Rapporteur Spécial sur la Torture, au Rapporteur Spécial sur le Droit à la Santé, au Groupe de Travail sur la Détention Arbitraire, au Rapporteur Spécial sur la Justice et au Rapporteur Spécial sur l’État des Droits de l’Homme dans les Territoires palestiniens occupés.

Dans ces messages, il a informé les parties des souffrances du détenu palestinien Samer Arbeed, qui a été torturé dans des prisons israéliennes, ce qui lui a presque coûté la vie.

Le chancelier a indiqué qu’Arbeed était à l’hôpital entre la vie et la mort à cause de ces actions contre son intégrité, et a demandé aux rapporteurs spéciaux de l’ONU d’exposer les crimes israéliens et de trouver des mécanismes pour les tenir responsables de ces violations.

Malki a souligné que son ministère était en contact depuis le premier jour de l’arrestation d’Arbeed avec tous les organismes internationaux et de l’ONU, y compris le Comité international de la Croix-Rouge.

D´autre part, le président Mahmoud Abbas a déclaré aujourd’hui que la date des élections générales en Palestine avait été considérablement retardée malgré les multiples tentatives de les organiser.

Lors de la réunion du Comité Exécutif de l’Organisation de Libération de la Palestine à Ramallah, Abbas a réitéré son appel à la tenue d’élections générales, comme il l’a manifesté lors de la 74e session de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York la semaine dernière.

En ce qui concerne la retenue des recettes fiscales palestiniennes par Israël, le président a déclaré qu’en dépit des récents pourparlers avec Tel-Aviv en vue de trouver une solution au problème, les autorités palestiniennes ont rejeté toute solution potentielle qui ignore les droits des prisonniers et des personnes assassinées par les israéliens.

Notre position sur cette question est inébranlable. Nous en parlons également à l’ONU, et nous le disons ici et devant les médias.

À un autre moment de la réunion, le président a salué la position principale de plusieurs pays européens en faveur de la solution des deux États, dont la France, la Belgique, les Pays-Bas et la Grèce, ainsi que la Russie et la Norvège.

peo/tgj/Nvo rgh/Nvo

EN CONTINU
notes connexes