dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des dizaines de morts et des milliers de personnes déplacées par les attaques turques en Syrie

Damas, 10 octobre (Prensa Latina) L’attaque turque contre des régions du nord-est de la province syrienne de Hasaka a provoqué des dizaines de morts et des milliers de personnes déplacées, a aujourd’hui rapporté  la chaîne nationale de télévision Al Ikhbariya.

Selon les informations, les troupes turques ont bombardé la ville de Ras al-Ain et occupé 15 villages et fermes, où elles ont fait au moins une douzaine de morts et forcé le déplacement de milliers d´habitants.

Les rapports indiquent également que les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), qui étaient soutenues par les États-Unis il y a une semaine, ont été expulsées des villages de Yabse et Tel Fendis.

Les troupes d’Ankara poursuivent leurs offensives à Al Darbasa, Al Malikiya et Qamishli, dans l’est de la province de Hasaka, où les FDS et les Unités de Protection Kurdes (YPG) sont présentes.

Dans le même temps, des sources du Parti Démocratique Progressiste Kurde, présent en Rojava, région autonome de facto, ont affirmé que l’offensive turque couvrait une vaste région de la province de Hasaka, de Kobane à Al Malikiya, où 181 objectifs sous contrôle kurde sont attaquées.

D’autre part, les forces des FDS ont déclaré que près de Ras Al Ain, leurs troupes avaient détruit quatre chars et abattus cinq soldats turcs au milieu de violents affrontements dans la région.

La Turquie a notamment déployé, dans le nord d’Alep et dans la division administrative de cette province avec celle de Hasaka, plus de 10 mille soldats, et plus de deux cents de chars et blindés, maintenant renforcés pour la présente offensive.

Cette présence illégale, dénoncée par la Syrie, s´est intensifié à partir de 2016 et comprend même des installations administratives, de nouvelles normes pour le système d’éducation et de santé et l’expulsion progressive des habitants dans une zone de plus de six mille kilomètres carrés.

peo/mgt/pgh

EN CONTINU
notes connexes