jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’élection du Venezuela à l’ONU prouve la reconnaissance internationale du pays

Nations Unies, 18 octobre (Prensa Latina) Le Venezuela jouit aujourd’hui d’un prestige international, comme l’a démontré l’Assemblée Générale où 105 nations ont voté en sa faveur et l’ont réélu au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU.

L’ambassadeur vénézuélien auprès de l’ONU, Samuel Moncada, a souligné cette grande victoire que venait de remporter son pays et qui montre clairement le soutien international sur lequel il peut compter.

« Nous ne nous sommes jamais présentés à des élections contre des forces si grandes et si puissantes, et cependant, le risque de perdre nous a donné du courage pour nous battre parce que notre cause est juste. Nous défendons notre droit à l’auto-détermination et à vivre en paix », a publié l’ambassadeur sur son compte Twitter.

De fait, une semaine avant le vote, le dénommé « Groupe de Lima », les États-Unis et l’Union Européenne avaient avancé la candidature du Costa Rica afin d’empêcher la réélection de la République Bolivarienne du Venezuela.

Mais hier, le Venezuela a rassemblé 105 voix et le Brésil 153, ce qui a éliminé le Costa Rica, qui n’a obtenu que 96 voix, puisqu’il n’y avait que deux sièges disponibles pour le Groupe devant représenter l’Amérique Latine et les Caraïbes.

« Nous avons donné une leçon à tous ceux qui croient pouvoir nous coloniser. Ils ont échoué et, maintenant, nous leur disons qu’ils rendent tout l’argent qu’ils ont volé », ajoute l’ambassadeur, faisant référence aux millions de dollars se trouvant sur les comptes vénézuéliens à l’étranger que Washington a gelés. « Cette victoire est le résultat d’un effort collectif de notre corps diplomatique qui a dû travailler dans un contexte d’adversité tel que nous n’en avions jamais connu. C’est le fruit d’un labeur constant, systématique, minutieux et professionnel tout à l’honneur de nos patriotes diplomates », a souligné Samuel Moncada.

« Et cette victoire est également une preuve de résistance contre les  agressions coloniales et une condamnation de ceux qui s’abaissent à mendier une intervention étrangère et bafouent les droits fondamentaux de millions d’innocents lorsqu’ils infligent à notre pays des extorsions qu’ils appellent « sanctions » « .

 » Hier, 105 pays nous ont dit:  » Nous sommes à vos côtés. Nous avons confiance en vous », a poursuivi Moncada, reconnaissant toutes ces nombreuses preuves de solidarité.

Le Venezuela est actuellement victime d’une campagne d’agressions qui vont de l’asphyxie économique contre des millions d’innocents aux menaces d’invasion militaire, en passant par la spoliation et le saccages des biens que le pays possède à l’étranger. Le 10 avril dernier, a rappelé l’ambassadeur, le vice-président des États-Unis, Mike Pence, à la tête d’une coalition de plus de 50 pays a ordonné au Conseil de Sécurité d’expulser le Venezuela de l’ONU.

« Mais on ne peut pas soumettre les Nations Unies à force d’extorsions. Ni le Venezuela non plus. Le Venezuela n’est pas en vente. Le monde n’est pas en vente. Personne ne peut nous acheter ».

L’ONU a montré qu’elle appartenait à toute l’humanité  et non à un petit groupe qui voudrait l’utiliser pour imposer sa suprématie, estime Moncada.

Après avoir pris connaissance du résultat de ce vote, le président Maduro a déclaré que le Venezuela siègera au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU en pays libre et souverain.

« Malgré toutes les menaces, notre Diplomatie Bolivarienne de Paix et en faveur de la libre auto-détermination des peuples a triomphé ».

Le ministre des Affaires Étrangères vénézuélien, Jorge Arreaza, a assuré  que le Venezuela utilisera sa position au Conseil des Droits de l’Homme pour promouvoir la souveraineté des peuples et il a confirmé l’engagement de son Gouvernement pour développer une politique en accord avec les principes du multilatéralisme et de la défense des droits de l’Homme.

Arreaza a conclu en condamnant à son tour les efforts des États-Unis et de leurs alliés pour faire obstacle à l’élection du Venezuela au Conseil des Droits de l’Homme pour la période 2020-2024.

Peo/oda/ifb

EN CONTINU
notes connexes