mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le titulaire de l’ONU se déclare préoccupé par les crises en Haïti

Nations Unies, 20 octobre (Prensa Latina) Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, est préoccupé par la crise politique en Haïti et son impact négatif sur la sécurité et la vie des citoyens, a déclaré aujourd’hui son porte-parole, Stéphane Dujarric.

Au milieu de cette situation, Guterres a réaffirmé l’engagement de l’organisme multilatéral à soutenir la population de ce pays caribéen sur la voie de la paix et du développement, par le biais d’un nouveau partenariat.

Le secrétaire générale a ainsi fait référence au Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (Binuh), qui a commencé ses opérations il y a quatre jours à peine, a indiqué le porte-parole.

Le plus haut représentant de l’ONU a appelé toutes les parties prenantes haïtiennes à engager un véritable dialogue et à éviter une nouvelle escalade de la violence.

À cet égard, il a demandé à la Police Nationale haïtienne, responsable de la sécurité et de la protection de la population, de s’acquitter de ses devoirs dans le respect de toutes les personnes et de leurs droits fondamentaux.

Tout en défendant les efforts en cours pour éliminer le choléra, et le règlement des affaires en suspens d’exploitation et d’abus sexuels, Guterres a réaffirmé l’engagement de l’ONU en faveur de la stabilité et de la prospérité en Haïti, a déclaré Dujarric.

Au milieu du mécontentement social exprimé dans les rues, des manifestations ont également été signalées en Haïti devant les locaux de l’ONU, à laquelle de nombreux secteurs reprochent son soutien au gouvernement de Jovenel Moïse.

Des groupes d’opposition exigent la démission du dirigeant haïtien, qu’ils accusent d’être impliqué dans un prétendu détournement de fonds publics, selon un rapport de la Cour des Comptes, et d´aggraver la crise économique du pays.

Dans ce contexte, le Binuh a commencé son travail avec la diplomate étasunienne Helen Meagher La Lime à sa tête. Celle-ci a déjà été à  la tête de la Mission des Nations Unies pour le Soutien à la Justice en Haïti en 2018 (Minujusth).

Préalablement, et conformément à une résolution du Conseil de Sécurité, la Mission de Stabilisation en Haïti (Minustah) avait été créée en 2004 pour faire face à l’instabilité, à la violence politique, à l’impunité et à la prolifération de la criminalité.

Par la suite, la Minujusth a été créée en 2017 pour tenter de mettre au point une approche novatrice sur le terrain visant à renforcer l’état de droit au sein des institutions.

La Minustah et la Minujusth ont reçu de nombreuses critiques. L’introduction du choléra en 2010, par négligence de la part de certains membres des forces de maintien de la paix des Nations Unies, a été un sujet très controversé.

Plusieurs rapports faisant état de violences sexuelles commises par des Casques Bleus ont également été enregistrés dans le cadre du mandat de la Minustah.

Le Binuh a maintenant pour objectif de conseiller le Gouvernement sur les moyens de promouvoir et de renforcer la stabilité et la bonne gouvernance, y compris l’état de droit. Mais il n´est pas certain que cette nouvelle mission de l´ONU fasse l´unanimité, voire pire.

peo/mv/ifb

EN CONTINU
notes connexes