vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un avocat bolivien juge irresponsable de parler actuellement de deuxième tour dans son pays

La Paz, 21 octobre (Prensa Latina) L’avocat Ivan Lima a estimé aujourd’hui que parler d’un éventuel second tour et de fraude lors des élections en Bolivie, sans avoir encore les résultats définitifs des votes, est une grande irresponsabilité.

Le Movimiento Al Socialismo (MAS, Mouvement Vers le Socialisme, du président Evo Morales), avec plus de 45% de soutien des citoyens, est une force politique et ce qu’il reste à savoir, c’est si la différence avec Comunidad Ciudadana (CC, Communauté Citoyenne, d´opposition), sera supérieure à 10 points, a-t-il indiqué.

On ne peut pas encore parler de fraude ou de changement de résultats, s’il manque encore un million de votes dans les zones rurales où le MAS a le plus de soutien, a-t-il déclaré dans une interview accordée à la chaîne publique Bolivia TV.

Les chiffres divulgués hier soir sont préliminaires et non définitifs, c’est pourquoi il n’y a aucune certitude que le pays ira ou non à un second tour en décembre prochain. Il est important d’attendre le résumé officiel, a insisté Lima.

‘Je pense qu’il devrait y avoir une opposition responsable et, en fait, tout le pays, s’il y a une plainte au sujet de quelque chose qui ne va pas, elle doit être documentée par un procès-verbal’, a précisé le juriste.

Selon les résultats préliminaires fournis par le Système de Transmission Rapide et Sûre des Procès-verbaux du Tribunal Suprême Électoral (TSE), 83,76 % des bulletins valables ont été dépouillés, selon lesquels le MAS a obtenu un soutien de 45,28  pour cent des Boliviens contre 37,84  pour cent pour la CC.

Le président de la Bolivie, Evo Morales (MAS), s’est dit convaincu que le vote rural déciderait de la victoire aux élections générales de la veille. « C’est pourquoi il faut attendre le dernier scrutin pour aller de l´avant et continuer ‘notre processus de changement », a-t-il précisé.

Les Boliviens ont voté ce dimanche pour le président, le vice-président, 36 sénateurs, 130 députés et neuf représentants auprès d’organismes supra-étatiques, qui totalisent 352 autorités entre titulaires et suppléants.

peo/mgt/Nmt

EN CONTINU
notes connexes