vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Sixième jour de manifestations antigouvernementales continuent au Liban

Beyrouth, 22 octobre (Prensa Latina) Les manifestations antigouvernementales au Liban se sont poursuivies aujourd’hui pour le sixième jour consécutif, en dépit des mesures prises par l’Exécutif comprenant certaines pétitions des manifestants.

Le centre de Beyrouth a été fermé, avec d’un côté les forces de l’Armée et de la sécurité intérieure, et de l’autre les manifestants maintenant les rues et les avenues bloquées.

Des pneus en feu, des conteneurs d’ordures ou d’autres objets entravant le transit étaient également observés sur plusieurs routes dans tout le pays.

De nombreux manifestants ont passé la nuit dans des tentes qu’ils ont installées sur la place centrale Riad al-Solh, près du Parlement et du Grand Serail (Palais du Gouvernement).

Les manifestations nationales ont éclaté jeudi dernier en raison d´un projet de budget de l’État pour 2020, qui a ensuite été rejeté, visant à augmenter les taxes et les tarifs, y compris les appels téléphoniques par  WhatsApp et d’autres applications de l´Internet.

Condamnant ces plans économiques, la colère populaire a évolué, exigeant la démission de l’élite au pouvoir et la tenue d’élections anticipées.

Lundi, le premier ministre Saad Hariri a annoncé une liste de réformes approuvées par le Cabinet conjointement au budget de l’État pour 2020.

Ces mesures n’ont pas réussi à gagner la confiance de la majorité des manifestants qui sont restés dans la rue en demandant la démission du Gouvernement, du Parlement et du président.

Par ailleurs, Laure Sleiman, la directrice de l’Agence Nationale de Presse libanaise, a été démise de ses fonctions, selon un rapport diffusé aujourd’hui sur les médias numériques.

Le rapport indique que le ministre de l’information, Jamal Jarrah, a remplacé Sleiman par Ziad Harfoush.

Dans une interview avec la télévision Al Jadeed, Laure Sleiman a précisé que la décision était datée du 17 octobre, mais qu´elle n´en a pris connaissance qu’aujourd’hui.

Jarrah a pris cette mesure quelques jours après la démission du Gouvernement des quatre représentants des Forces Libanaises (FL), qui ont demandé la même position au reste de leurs collègues et la tenue d’élections générales.

Sleiman, qui a été à la tête de ce média pendant 11 ans, serait proche des FL. Cependant, elle a nié toute affiliation à un parti politique et a manifesté : ‘je suis indépendant et je le serai toujours’.

En répondant aux rumeurs selon lesquelles son licenciement était dû à la couverture de l’Agence Nationale des manifestations antigouvernementales massives en cours, elle a répondu : « j’ai suivi les principes du journalisme. Si mon renvoi est ma punition pour avoir publié la voix des citoyens, alors j´en suis fière ».

Peo/tgj/arc/ agp/arc

EN CONTINU
notes connexes