mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Sur la route des urnes, l’Argentine se débat entre deux modèles

Buenos Aires, 22 octobre (Prensa Latina) Il y a des tensions sur les marchés financiers alors que dans les rues beaucoup attendent dimanche pour un premier tour crucial où les argentins devront choisir entre six propositions, mais deux modèles très différents avec de plus grandes chances de l´emporter.

Alors que le dollar continue à faire des siennes, frappant le peso national déjà dévalué, après cinq mois de campagne politique difficile, de nombreuses propagandes et d´une lutte qui, pour certains, a accru la polarisation existante, un grand nombre d’argentins s’attend à ce que l’avenir soit défini dans cinq jours.

Après un débat télévisé explosif entre les six candidats qui luttent pour arriver à la Maison Rose (siège de l´Exécutif), dans la rue, une grande majorité pense à ce que sera le pays après dimanche, se demandant si le dollar explosera à nouveau, mettant plus de pression sur l’inflation et sur l’économie déjà en déclin.

Les jours les plus cruciaux de l’année approchent pour un grand nombre d´argentins, avec un président Mauricio Macri luttant pour sa réélection, à deux mois de la fin de son mandat, le 10 décembre.

Au-delà des propositions, et à en juger par les résultats des primaires, pour beaucoup, l’élection sera définie entre Macri et Alberto Fernández, son principal adversaire, qui avait eu 16 points d’avance en août dernier.

Il s´agit là de deux modèles diamétralement opposés. Tandis que Macri reprend sa campagne de promesses et estime que l’Argentine va mieux qu’il y a quatre ans et que maintenant arrive le stade de la croissance, de l’amélioration et du travail, au milieu d’un pays en récession, ses rivaux l’attaquent en mettant le doigt sur l’économie, le plus grand problème de son gouvernement.

De l’autre côté, Fernández aborde des thèmes sensibles, signale que l’Argentine rester debout avec tout le monde, et appelle les secteurs à travailler pour réaliser le processus de redressement du pays.

La veille, lors d’une conférence de presse depuis le village de Bahia Blanca, dans la province de Buenos Aires, le candidat présidentiel du Frente de Todos (Front de Tous) a été très critique à l’égard de cette fracture sociale et politique que l’on ressent dans ce pays, signalant que cette polarisation est très nocive et perverse pour les argentins.

Peo/lb/may

EN CONTINU
notes connexes