mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Gouvernement salvadorien expulse le corps diplomatique du Venezuela

San Salvador, 4 novembre (Prensa Latina) Le président du Salvador, Nayib Bukele, a annoncé hier qu’il ne reconnaissait pas le gouvernement de Nicolas Maduro et a ordonné le départ sous 48 heures des diplomates vénézuéliens accrédités dans ce pays.

Dans une note envoyée par la Casa Presidencial, siège de l’exécutif salvadorien, l’administration de Bukele a officialisé sa reconnaissance du député d’opposition Juan Guaidó comme président (autoproclamé) chargé du Venezuela.

Des sources diplomatiques consultées par Prensa Latina ont confirmé cette nouvelle, attendue depuis que l’administration Bukele a pris ses distances avec le gouvernement démocratiquement élu de Maduro, et s´est rapproché des États-Unis.

En fait, l’ambassadeur étasunien au Salvador, Ronald Johnson, a immédiatement salué sur les réseaux sociaux la décision de Bukele de reconnaître Guaidó.

Le Ministère des Affaires Étrangères du Venezuela a donc exigé dans la même journée le départ du personnel diplomatique du Salvador de son territoire en réponse à la décision du président Nayib Bukele.

Un communiqué officiel de la chancellerie a déclaré les membres de ce corps diplomatique persona no grata, leur accordant 48 heures pour quitter le territoire national.

Cette décision est prise en stricte application du principe de réciprocité, suite à l’annonce inouïe du gouvernement salvadorien d’expulser le personnel diplomatique vénézuélien dûment accrédité dans ce pays, signale le document.

Il révèle en outre le rôle des États-Unis dans cette décision et indique que le dirigeant salvadorien, qui assume officiellement le triste rôle de pion de la politique étrangère étasunienne, « honorant ainsi le traitement humiliant que le gouvernement des États-Unis a infligé à ses concitoyens en matière de politique migratoire ».

« Il est évident que dans ce cas, les autorités salvadoriennes ne cherchent qu’à fournir un petit ballon d’oxygène à la stratégie étasunienne d’intervention et de blocus économique contre la population du Venezuela ».

La chancellerie rappelle dans son communiqué le rôle de traîtres que certains gouvernements et présidents latino-américains ont joué tout au long de l’histoire.

‘L’histoire de Notre Amérique est marquée par les luttes et les victoires des peuples libres sur la trahison et la soumission. Les gouvernants qui profitent de la volonté populaire pour se soumettre aux desseins de l’empire en place finissent tôt ou tard à être condamnés à l’ostracisme et à la répudiation générale de leurs peuples’, souligne la note de la chancellerie vénézuélienne.

Le texte conclut en indiquant la volonté du Venezuela de lutter pour la paix et l’intégration dans la région, en réaffirmant la fraternité entre les deux nations.

Peo/jf/cmv/ mem/ycv

EN CONTINU
notes connexes