vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les municipalités du Chili réaliseront des consultations citoyennes

Santiago de Chile, 14 novembre (Prensa Latina) L’Association Chilienne des Municipalités (AChM) a confirmé que le 7 décembre prochain les communes du pays tiendront une consultation citoyenne sur une nouvelle Constitution pour le pays.

Le vice-président de cette entité, Sadi Melo, maire socialiste de la commune d’El Bosque, a indiqué que la consultation contiendrait trois questions fondamentales.

La première est de savoir si la personne veut ou non une nouvelle Constitution, et dans le cas affirmative, elle devra répondre au type de processus préféré: un Congrès Constituant, proposé par le Gouvernement, ou une Assemblée Constituante, comme le réclament l’opposition et le mouvement social.

Une troisième question concerne les priorités dans le cadre des nombreuses demandes de la population ; elle comprend 14 thèmes parmi lesquels les électeurs devront en élire six.

La consultation citoyenne sera ouverte à toutes les personnes habilitées à voter et inscrits sur les listes électorales de 2017.

Cette organisation, qui regroupe 322 des 345 municipalités du pays, a indiqué qu’en raison de l’importance des thèmes abordés lors de la consultation, la participation des municipalités qui ne font pas partie de l’association est également souhaitée.

Les analystes avertissent que ce sera un pas important vers une nouvelle Constitution pour le Chili, car elle pourrait en grande partie apaiser la situation actuelle de confrontation entre les nombreux partisans d’une Assemblée Constituante et l’Exécutif, qui entend limiter le processus au cadre d’un Congrès Constituant.

Cependant, face à la pression populaire croissante sur ce sujet, l’Exécutif semble de plus en plus sur la défensive, et de seuls changements à la Carta Magna qu’il prétendait initialement, il a déjà admis la possibilité d’une constitution entièrement nouvelle, mais il reste réticent à faire appel à une Assemblée Constituante.

Toutefois, ce mécanisme commence à être accepté même par des personnalités éminentes de la coalition des partis au pouvoir, comme le président du Renouveau National, Mario Desbordes, pour qui le temps est compté pour le gouvernement qui doit répondre à la revendication populaire et résoudre la profonde crise sociale et politique que traverse le pays.

Peo/tgj/rc/cvl

EN CONTINU
notes connexes