vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Bolivie reprendra sa révolution démocratique avec ou sans Evo (I)

Par Luis Manuel Arce Isaac

Le Mexique, 26 novembre (Prensa Latina) « La Bolivie reprendra sa révolution démocratique et culturelle avec ou sans Evo Morales, et ce n’est qu’une question de temps », a assuré l’ancien président dans une interview exclusive accordée à Prensa Latina.

L’ancien dirigeant, qui a obtenu l’asile politique au Mexique depuis le 12 novembre après avoir démissionné pour éviter un bain de sang, considère que les événements dans son pays, victime d’un coup d’État sanglant d´un nouveau type, doivent être un motif de réflexion pour les forces progressistes du monde.

Prensa Latina a interviewé le leader de l’État plurinational de l’altiplano, qui a eu la déférence d’accepter l’invitation de visiter le siège des bureaux de l´agence à Mexico.

À propos d’une question sur la question de savoir si le coup d’État dans son pays signifie un retour à l’époque des canonnières pratiquée par les États-Unis au siècle dernier, Morales a dit que le sujet méritait une réflexion d’experts, de politologues et d´universitaires qui tiennent compte de l’échec des politiques impérialistes du passé récent, comme celle de la Zone de Libre-Échange des Amériques (ALCA, selon ses sigles en espagnol).

Cette politique impérialiste, a-t-il rappelé, a échoué à l’époque de Nestor Kirchner, Hugo Chavez et Luiz Inacio Lula Da Silva, lors d’une réunion mémorable à La Plata en Argentine en 2005, et a ouvert la voie à la création de l’Unasur et de la Celac.

Mais les Etats-Unis, a-t-il estimé, nous ont divisés avec l’Alliance du Pacifique et ont stimulé la politique de privatisation en faveur des entreprises des élites privées. Cela ne leur a pas suffi, et alors qu’il n’y avait plus de coups (d´État) militaires, ils ont inventé les coups judiciaires, parlementaires, et maintenant ils appliquent une autre modalité en Bolivie.

L’expérience bolivienne, a-t-il expliqué, ressemble au Plan Condor. Ils ont recruté des secteurs de la jeunesse et leur ont donné de l’argent pour exercer des violences contre les familles, contre la propriété privée, mais aussi des policiers et des militaires qui, malheureusement, étaient derrière eux.

C’est en fait une lutte d’idées, de programmes, de classe, et c’est l’expérience qui doit être prise pour une profonde réflexion, pour organiser un grand débat, profond politiquement, parce qu’il ne s´agit pas d´un coup d’État militaire classique, mais d’un autre genre.

Ils se sont opposés aux nouvelles politiques économiques, ils n’acceptent pas nos programmes et notre politique économique soutenue par la récupération des ressources naturelles et économiques du pays et en opposition aux États-Unis et au système capitaliste, et avec le mouvement indigène à la recherche de nouvelles voies de bien-être.

Le coup d´État de la droite se produit de plus alors nous allions très bien économiquement, en ce qui concerne la sécurité alimentaire et l’élimination de la pauvreté, et c’est une raison de plus pour encourager le débat des analystes, chercheurs, politologues au profit des nouvelles générations.

À la question de savoir si la Bolivie démontre l’usure irréversible de la démocratie représentative et un retour forcé aux années de dictature, Morales a rappelé que les empires tombent toujours, tôt ou tard, mais ils tombent comme les monarchies sont tombées.

Maintenant, il y a comme une forme de retour à l’époque de la colonie quand les vice-rois étaient nommés sur les terres prétendues. Ces vice-rois modernes sont les Añez (présidente de facto en Bolivie) et les Guaidó (député vénézuélien s´étant autoproclamé président en charge de son pays), sans racines et toujours contre les plus humbles.

Au temps de l’Inquisition, les colonialistes sont venus avec la Bible et l’épée. En Bolivie, il y a des familles avec des frères qui ont reçu une formation universitaire pour gouverner des autochtones. Un fils était prêtre, un autre militaire et un autre avocat. S’ils ne pouvaient dominer grâce à la Bible, ils essayaient de le faire avec la loi, et si cela échouait aussi, alors avec les armes.

En Bolivie, les racistes et les fascistes utilisent la bible à des fins identiques, ils prient pour blesser la famille et semer la haine. Dans leur prière, ils disaient ‘Evo Salaud’, c´est prier pour tuer, pour créer des groupes violents, de la discrimination, et le résultat c´est le retour de la violence en Bolivie.

Morales a estimé que les groupes violents dans son pays affrontent ainsi la politique économique nationaliste, l’indépendance de l’État, la dignité d’un peuple et la lutte contre les modèles économiques de privatisation du Fonds Monétaire International.

Il a réaffirmé que ce qui se passe en Bolivie doit servir à une réflexion approfondie qui tienne compte du soulèvement populaire, des rébellions contre un modèle économique usé comme en Colombie, au Brésil et d’autres pays qui montrent que le peuple latino-américain est sur le pied de bataille.

Il a illustré le moment présent avec le peuple argentin, qui a récupéré le gouvernement progressiste comme cela était le cas auparavant, et qui doit être un paradigme pour les nouvelles générations. Il a estimé qu’il s’agissait d’une erreur historique de la part de secteur de classe et de dirigeants de ne pas faire aider les jeunes qui sont aux côtés de la criminalité et de la violence.

En ce qui concerne les questions spécifiques à la situation actuelle dans son pays, Morales a expliqué qu’il avait personnellement une grande confiance dans la victoire aux dernières élections qui se sont déroulées naturellement, mais que la droite a réagi rapidement, fomentant les protestations qui ont rapidement augmenté et sont passés du racisme au fascisme et de là au putschisme.

Des groupes de pouvoirs économiques et des phalangistes se sont rassemblés et sont arrivés à cette situation par une action violente et effrénée.

Il a dit qu’il avait pourtant déjà été informé de cette situation et que lorsqu’il en a parlé lors d’une réunion de travail, personne ne l’a cru, pas plus que lui-même, a-t-il avoué, et que ces rapports ne lui sont pas parvenus de la police ou des forces armées, mais de frères.

Le reste est connu : les crimes ont commencé et les menaces contre les dirigeants départementaux et municipaux, puis ils ont brûlé leurs maisons, intimidé leurs familles, incendié la maison de leur sœur, et pour éviter un bain de sang j´ai démissionné.

Peo/mv/Lma

EN CONTINU
notes connexes