lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un parti d’opposition qualifie de positif le dialogue au Venezuela

Caracas, 28 novembre (Prensa Latina) Le dirigeant du parti politique d’opposition Avancée Progressiste, Henry Falcón, a qualifié de positifs les progrès réalisés par la Table de Dialogue National entre le Gouvernement vénézuélien et des secteurs adverses.

À la différence d’autres initiatives lancées dans le pays, la table des négociations est ouverte, sous réserve de résultats concrets à la hauteur des attentes élevées de la population, a assuré Falcon.

A cet égard, il a souligné l’incorporation des parlementaires du Bloc de la Patrie à l’Assemblée Nationale (Parlement inhabilité depuis 2016)ainsi que la concrétisation des avantages procéduraux par des mesures de substitution de liberté et d’autres mesures convenues.

Il a également souligné les progrès économiques réalisés dans le cadre du programme d’échange de pétrole contre des produits alimentaires.

Il a signalé que le Bloc de la Patrie et l’opposition vénézuélienne devaient progresser dans la constitution du nouveau Conseil National Électoral pour le mois de décembre et a assuré que « la Table de Dialogue National en préoccupe plus d´un ».

La veille, le siège du Bloc de la Patrie a réagi avec force aux menaces proférées par les sénateurs du Parti Populaire espagnol devant l’Assemblée Nationale inhabilité du pays sud-américain.

Lors de la rencontre préparée par la majorité d’opposition au Parlement et intitulée « Pour la liberté et la démocratie au Venezuela », plusieurs députés de la nation européenne se sont joints à la campagne de discrédit, en se manifestant contre le processus bolivarien, alors que le député Julio Chávez est intervenu pour rejeter ces déclarations d’ingérence.

‘Je rappelle à ces parlementaires qu’il y a 200 ans, nous avons chassé de cette terre le dernier bastion du colonialisme espagnol qui restait au Venezuela’, a déclaré celui qui est également membre du Parti Socialiste Uni du pays sud-américain, avant de qualifier d’offensives les interventions des espagnols au Parlement en demandant leur expulsion.

peo/mem/lrc

EN CONTINU
notes connexes