lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une nouvelle journée d’ « arrêt national » en Colombie

Bogota, 27 novembre (Prensa Latina) Le Comité National de Paro (d´arrêt) en Colombie a convoqué aujourd’hui une nouvelle journée de mobilisation dans tout le pays contre le gouvernement, en rejet de la violence et pour la paix.

Depuis l’ « arrêt national » du 21 novembre dernier, des marches, des rassemblements et des concerts de casseroles ont été déclenchés dans plusieurs villes.

À Barranquilla, Medellín, Cali et Bogota, les gens ont réclamé des politiques efficaces dans des domaines tels que l’éducation, la santé et l’environnement.

Si la plupart des actions se sont déroulées de manière pacifique, il y a eu dans certains cas des heurts entre les manifestants et l’escadron mobile antiémeute (Esmad) sur lequel pleuvent les questionnements car plusieurs voix critiquent ce qu’ils considèrent comme un abus de la force policière.

Les marches de la veille avaient un dénominateur commun, car les gens ont également manifesté pour honorer la mémoire de Dilan Cruz, un jeune homme de 18 ans décédé le 25 novembre après avoir été grièvement blessé le week-end dernier par un membre de l’Esmad lors d’une manifestation pacifique dans cette capitale.

Une étudiante qui a participé à un rassemblement à Bogota a fait part à Prensa Latina de son indignation face à ce qui s’est passé avec le jeune homme qui manifestait pour une éducation de qualité.

Ensuite, le concert de casseroles, devenue le symbole de la protestation pacifique dans cette nation, a réussi à rallier les travailleurs du Congrès de la République.

Dans ce contexte, le Comité National a convenu de renforcer les manifestations dans le pays.

Nous appelons à l’arrêt ce 27 novembre dans une nouvelle journée nationale. Contre le paquet de mesures d´Ivan Duque et en hommage à Dilan Cruz. L’arrêt continue !,a-t-il précisé.

A cet égard, il a indiqué que dans l’action de ce mercredi, ils exigeront la dissolution de l’Esmad, l’épuration de la police et l’annulation de la réforme fiscale impulsée par le gouvernement, considérant qu´elle porte atteinte aux intérêts des colombiens.

Le Comité a également convenu de maintenir la mobilisation des citoyens et de soutenir les actions de protestation de manière pacifique et de tenir des assemblées syndicales, communales, populaires et de quartier ce week-end dans tout le pays, de manière à pouvoir coordonner la mobilisation sociale.

Dans les pétitions qu’il a adressées à la Présidence de la République, il a demandé que le Gouvernement ne poursuive aucun processus de privatisation ou de cession de biens de l’État, indépendamment de sa participation au capital.

En plus, il a demandé que le pouvoir exécutif aborde avec le mouvement citoyen Défendons  la Paix le processus de mise en œuvre de l’Accord de Paix signé en 2016 entre l’État et l’ex-guérilla des FARC-EP.

Les thèmes ci-dessus seront abordés par le Gouvernement et le Comité exclusivement au moyen des mécanismes qui seront convenus entre eux, indépendamment de ceux établis par l’exécutif pour ce qu´il a dénommé le grand dialogue national, précise le comité de protestation.

Cette dernière demande fait clairement référence à ce que Duque a appelé la conversation nationale, processus qui a commencé le 24 novembre dernier avec les maires et les gouverneurs et qui se poursuivra jusqu’au 15 mars prochain.

peo/tgj/mfb

EN CONTINU
notes connexes