mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Fermeture étrange de l´ambassade de Bolivie en Argentine

Buenos Aires, 20 janvier (Prensa Latina) Des dizaines de personnes se trouvant devant l’ambassade de Bolivie en Argentine ont aujourd’hui dénoncé qu’elles sont depuis des heures à proximité et que personne ne les reçoit, ce qui leur parait suspect.

Ils mettent en garde contre le fait que le consulat ne veut pas s’occuper de ceux qui doivent renouveler leurs papiers d’identité et d’autres formalités pour pouvoir voter lors des élections du 3 mai prochain.

Samedi dernier, l’inscription sur les listes électorales a commencé en Bolivie à la suite du coup d’État contre Evo Morales.

Les personnes âgées de 18 ans révolus jusqu’au jour du scrutin, et celles qui ont changé de domicile ou qui ne sont pas inscrites sur les listes électorales, peuvent participer à cette procédure.

Toutefois, le Tribunal Suprême Électoral bolivien n’a prévu que huit jours pour cette procédure, ce qui est jugé insuffisant.

Selon diverses sources, la présidente autoproclamée, Jeanine Áñez, prépare une fraude électorale et a ordonné la fermeture de l’ambassade de Bolivie en Argentine pour empêcher les concitoyens résident dans ce pays de voter aux élections de mai prochain, car que le régime sait que le vote à l’étranger est souvent un soutien du Mouvement Vers le Socialisme (MAS).

Selon le recensement national de 2010, qui date déjà, 345 272 Boliviens vivent en Argentine, la plus grande communauté du pays andin et amazonien à l’étranger.

La veille, lors d’une réunion d’environ huit heures, et après plusieurs jours d’analyse, Evo Morales, qui est réfugié ici, a annoncé les candidats du MAS pour le nouveau processus électoral pour la présidence et la vice-présidence.

L’ancien ministre de l’Économie Luis Arce et l’ancien chancelier David Choqueuanca sont les candidats pour reprendre le processus de changement en Bolivie, interrompu par le coup d’État du 10 novembre dernier.

peo/agp/otf

EN CONTINU
notes connexes