lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le plan de Trump, une autre opportunité manquée pour la paix au Moyen-Orient

Ottawa, 30 janvier (Prensa Latina) L’accord dit « du siècle » du président des États-Unis, Donald Trump, est une autre occasion manquée de parvenir à la paix au Moyen-Orient, avertit aujourd’hui un éditorial publié par le quotidien canadien The Globe and Mail.

Selon ce média, l’initiative présentée mardi par le madataire républicain, rejetée catégoriquement par les Palestiniens, non seulement est née morte, mais risque d’engendrer quelque chose de pire que ce qui existe déjà.

Bien que Trump ait célébré l’ « accord du siècle », c’est une proposition profondément défectueuse, a souligné le texte.

Selon le journal, le premier ministre Benyamin Netanyahu veut profiter de ce que le pacte offre à Israël pour ‘annexer immédiatement les terres de la Cisjordanie occupée’.

Mais « à long terme, cela ne peut pas être un chemin vers la paix. Cependant, à court terme, c’est au moins le chemin d’un leader pour rester au pouvoir », a commenté l’éditorial.

The Globe and Mail a rappelé que quelques heures avant que Netanyahu ne rejoigne Trump à la Maison Blanche pour proclamer ce que certains appellent la « gifle du siècle », il a été accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance.

Le quotidien a également rappelé que l’accord offre plus à Israël et moins aux Palestiniens, et que cela est bien sûr dans l’intérêt de Netanyahu, qui devra faire face à de nouvelles élections le 2 mars prochain.

Le chef de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, a rejeté la proposition dans son intégralité. ‘Je n’étais pas à la Maison Blanche, et je n’ai joué aucun rôle officiel dans la création du plan’ que le conseiller et gendre de Trump, Jared Kushner, a tenté de faire parvenir à un consensus pendant environ trois ans, a ajouté l’éditeur.

De nombreux pays arabes, de l’Arabie Saoudite aux Émirats Arabes Unis et à l’Égypte, se féliciteraient de la reprise des pourparlers entre Israël et la Palestine, mais n’ont pas rejeté le plan de paix de Trump mardi.

C’est en partie parce qu’ils ont besoin de la faveur des États-Unis dans une lutte régionale contre l’Iran, a estimé The Globe and Mail, en suggérant qu’il est temps de reprendre le dialogue entre Israéliens et Palestiniens, mais que l’accord du siècle ne semble pas y amener.

Au lieu de promouvoir le compromis, insiste le quotidien, il encourage ceux qui, de part et d’autre, sont en faveur de formes violentes et maximalistes de résolution des conflits et au lieu de renouveler le thème des deux états, ‘le plan Trump semble être un pas de plus destiné à l’enterrer’.

Pour de nombreux experts, la mise en œuvre du plan de paix de Trump pour le Moyen-Orient est avant tout la concrétisation de la stratégie historique américano-israélienne visant à éliminer la Palestine en tant qu’État indépendant.

peo/jha/dfm

EN CONTINU
notes connexes