mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Appel à briser les cercles vicieux qui entravent le travail de l’ONU

Nations Unies, 4 février (Prensa Latina) Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé aujourd’hui à briser les cercles vicieux qui empêchent le travail de l’agence multilatérale et d´éviter les souffrances des populations du monde.

Lors d’une conférence de presse organisée ce mardi au siège des Nations Unies à New York, Guterres a mis en garde contre une escalade croissante au niveau international.

Les conflits sont plus longs, plus meurtriers et plus susceptibles d’éclater en premier lieu, et bien que toutes les situations soient différentes, il y a un sentiment d’instabilité croissante, a-t-il averti.

Entre-temps, a-t-il ajouté, les résolutions du Conseil de Sécurité sont bafouées avant même que l’encre de ces documents ne soit sèche.

Il faut également rompre le cercle vicieux de la pauvreté et de l’inégalité et façonner une mondialisation juste qui ne laisse personne de côté, a-t-il insisté.

Parmi les défis mondiaux les plus pressants, le secrétaire général des Nations Unies a mentionné la crise climatique : l’année dernière seulement, les températures les plus élevées ont été enregistrées dans les océans et le niveau de la mer a également augmenté, a-t-il averti.

Selon lui, la fonte des glaciers, les grands incendies dans le monde et le réchauffement climatique sont autant de signes de l’urgence d’une action climatique plus ambitieuse.

Le défi pour la conférence climatique des Nations Unies de cette année dans la ville de Glasgow (COP26) est clair : tous les pays doivent montrer plus d’ambition en matière d’adaptation, d’atténuation et de financement, a souligné le diplomate portugais.

C’est pourquoi il est si important de continuer à se concentrer sur la réalisation des objectifs de développement durable, mais la question de leur financement est maintenant cruciale.

Face à cette situation, a déclaré Guterres, les institutions multilatérales sont plus que jamais nécessaires et doivent être à la hauteur des défis du XXIe siècle.

Malgré les divisions souvent profondes entre les États membres de l’ONU, je suis déterminé à continuer d’écouter les différentes personnes et à rester attaché aux principes et valeurs de la Charte des Nations Unies, a-t-il déclaré.

Pour le 75e anniversaire de l’ONU, qui sera célébré en 2020, je veux que l’agence multilatérale entende ce que les gens ont à dire aux quatre coins du monde, a-t-il déclaré.

De l’avis du secrétaire général, l’inquiétude dans les rues et les places à travers le globe est la preuve que les gens veulent être entendus, et que les dirigeants apportent des réponses concrètes aux demandes.

peo/mgt/ifb

EN CONTINU
notes connexes