mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La persécution contre le candidat du MAS continue en Bolivie

La Paz, 5 février (Prensa Latina) La persécution du gouvernement putschiste de Bolivie contre le candidat à la présidence pour le Mouvement Vers le Socialisme (MAS), Luis Arce, se poursuit aujourd’hui malgré les irrégularités du processus.

‘Je dénonce le fait que Rafael Quispe, du Gouvernement de Facto, menace à nouveau de me faire inculper et emprisonner, instrumentalisant la justice pour proscrire ma candidature. J’exige des garanties pour l’exercice de mes droits politiques’, a dénoncé Arce sur son compte Twitter.

Le directeur du Fonds de développement indigène (FDI), Rafael Quispe, a averti la veille, lors d’un entretien accordé à la chaîne de télévision Unitel, que la loi serait appliquée et que l’ancien ministre de l’économie serait arrêté.

Quispe a affirmé que le candidat du MAS était l’auteur et le complice d’un détournement présumé de 100 millions de bolivianos (14 millions 466 mille 530 dollars) destinés à des projets dans les zones rurales.

Arce est revenu dans le pays le 28 janvier dernier en provenance d’Argentine pour lancer la campagne en vue des élections générales du 3 mai prochain, issues du coup d’État contre Evo Morales en novembre dernier, et a été notifié par le Ministère Public pour témoigner au sujet de l’infraction alléguée, et ce avant même d´avoir effectué le contrôle migratoire de l´aéroport.

Soutenu par une multitude de sympathisants du MAS, il s’est présenté le lendemain devant le procureur Heydi Gil, qui a nié l’existence d’une ingérence politique dans le procès, tout en admettant des illégalités et estimant qu’elles avaient été corrigées, et s’est engagé à ne pas politiser le processus.

Je suis un homme transparent, je suis venu témoigner parce que je n’ai rien à cacher, je ne suis pas corrompu, je ne suis pas un voleur. Mon équipe d’avocats et la procureure elle-même ont noté les défauts de procédure dans la notification à ma personne. Ceci est éminemment politique contre notre candidature et celle du MAS’, a déclaré Arce au moment des faits.

L’audience a été annulée à la suite de la plainte de la défense pour défaut de signature de l’accusation dans la citation à comparaître et méconnaissance des détails de la procédure.

peo/tgj/nmr

EN CONTINU
notes connexes