dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Trump réitère ses attaques contre Cuba, le Venezuela et le Nicaragua

Washington, 5 février (Prensa Latina) Le président des États-Unis, Donald Trump, a de nouveau manifesté hier son attitude d’ingérence dans les affaires intérieures de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua, trois nations contre lesquelles l’administration nord-américaine ne cesse de s’acharner.

Selon le mandataire républicain, il veut aider les Cubains, les Vénézuéliens et les Nicaraguayens à restaurer ce que Washington entend par démocratie, au mépris des systèmes politiques et sociaux choisis par la majorité des habitants de ces pays.

Dans son discours annuel sur l’État de l’Union devant les deux chambres du Congrès, le troisième de son mandat, Trump a souligné que son pays défend une fois de plus la liberté dans l’hémisphère occidental, sans parler de ravages militaires et des vagues de violence que la société nord-américaine a connus.

Il a affirmé que son gouvernement avait inversé le rapprochement avec Cuba amorcé par l’ancienne administration de Barack Obama (2009-2017), qu’il a qualifié de politique ratée alors que, selon des sondages, la plupart des étasuniens étaient favorables au développement de meilleures relations bilatérales.

De nombreux secteurs dans ce pays souhaitent la levée du blocus économique, commercial et financier imposé par Washington à la plus grande des Antilles depuis près de 60 ans, lequel s’est intensifié depuis l’arrivée au pouvoir de Trump.

Par ailleurs, le chef de la Maison Blanche a souligné que les États-Unis sont à la tête d´une coalition de nations s´opposant au gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro, dont Trump ne reconnaît pas la légitimité.

Depuis janvier 2019, Washington soutient Juan Guaidó, qui s´est autoproclamé président en charge du pays sud-américain, et qui était présent hier au Capitol. De même, le Gouvernement nord-américain a soutenu fin avril dernier une tentative de coup d’État contre Maduro, réélu en mai 2018 avec 68 % des suffrages exprimés, et impose une guerre économique au peuple sud-américain.

Début janvier 2019, lors d’une conférence de presse, l’envoyé spécial des États-Unis pour le Venezuela, Elliott Abrams, a déclaré que son pays évaluait l’imposition de nouvelles sanctions.

Il a alors déclaré que Washington augmenterait l’aide économique, de 400 millions de dollars approuvés par le Congrès, et diplomatique à l’opposition dirigée par Guaidó.

Lundi dernier, le député vénézuélien José Brito a annoncé qu’une commission spéciale désignée par l’Assemblée Nationale du Venezuela ouvrirait aujourd´hui une enquête sur la corruption présumée de Guaidó et de ses partisans.

Selon Brito, les recherches porteront sur l’utilisation des fonds de la prétendue aide humanitaire fournie par l’Agence des États-Unis pour le Développement International et les gouvernements d’autres pays, et sur la gestion irrégulière des actifs des entreprises nationales Citgo et Monómeros.

Le socialisme détruit les nations, a ajouté Trump, qui utilise souvent de telles expressions comme tactique politique pour attaquer les démocrates et renforcer sa stratégie pour sa réélection lors des élections du 3 novembre prochain.

peo/jha/dsa

EN CONTINU
notes connexes