samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un avion civil a atterri en Syrie au milieu d’une attaque israélienne

Moscou, 7 février (Prensa Latina) Un avion Airbus-320, transportant 172 personnes, a atterri sur la base aérienne de Jmeimin, dans la province syrienne de Lattaquié, après avoir échappé à une attaque de chasseurs israéliens contre Damas, a indiqué le commandement militaire russe.

L’avion a failli être touché par des tirs « amis » des systèmes antiaériens syriens qui repoussaient une attaque de chasseurs israéliens près de l’aéroport international de Damas, a indiqué le porte-parole du Ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov.

Jeudi dernier, peu après deux heures du matin, au moins quatre avions de chasse F-16 de l’armée de l’air sioniste, sans entrer dans l’espace aérien syrien, ont lancé des missiles air-sol contre la périphérie de Damas, a dénoncé le major-général russe.

Pour repousser l’action de Tel-Aviv, les forces antiaériennes syriennes ont activement utilisé les systèmes de missiles, a expliqué Konashenkov.

L’avion civil susmentionné a donc échappé à des tirs croisés alors qu’il tentait d’atterrir à l’aéroport international de Damas et a été détourné vers la base aérienne de Jmeimim, a expliqué le général russe.

Grâce à l’intervention rapide des contrôleurs de l’aéroport de Damas, et au travail efficace du système de guidage automatique du trafic aérien, il a été possible de sortir l’Airbus-320 de la portée des attaques de la force antiaérienne et de le faire atterrir à Jmeimim, a-t-il indiqué.

L’armée de l’air israélienne connaît parfaitement la hauteur de vol des avions civils à l’aéroport de Damas et ses stations radars sont au courant de la situation dans cette zone, ce qui montre clairement qu’elle essaye de cacher ses propres avions militaires derrière les civils, a-t-il dit.

Cette pratique est maintenant devenue une norme des forces israéliennes dans leur action en Syrie, a dénoncé Konashenkov.

peo/tgj/to

EN CONTINU
notes connexes