mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba appelle l’ONU à garantir un cyberespace sûr et coopératif

Nations Unies, 14 février (Prensa Latina) Cuba a appelé hier à unir les efforts destinés à assurer un cyberespace utile, profitable, pacifique, sûr, ouvert et coopératif et qui contribue à la réalisation des objectifs de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

L’intervention de la délégation cubaine faisait partie des activités prévues lors de la deuxième session de fond du Groupe de travail à composition non limitée de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

L’événement est axé sur l’analyse des progrès réalisés dans le domaine de l’information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale.

Sur ces sujets, a précisé l’expert cubain Miguel Gutiérrez, des normes de comportement qui complètent les principes du droit international et de la Charte des Nations Unies doivent être appliquées d’urgence.

Parmi celles-ci figurent le respect de l’égalité souveraine des États, l’intégrité territoriale, la non-ingérence dans les affaires intérieures des États et le non-recours à la menace ou à l’emploi de la force.

Les États sont responsables au premier chef de la préservation de la paix et de la sécurité internationales dans ce domaine, compte tenu de leur impact sur l’élaboration et la mise en œuvre de normes et de politiques, a précisé Gutiérrez.

Il a également reconnu la validité d’un modèle de gouvernance de l’Internet démocratique et participatif, fondé sur la Charte des Nations Unies, le droit international et le multilatéralisme, qui associe toutes les parties prenantes selon leurs rôles et responsabilités respectifs.

Le chercheur, qui travaille au Ministère cubain des Communications, a évoqué un ensemble de tendances et de menaces que l’on observe aujourd’hui dans le domaine des technologies de l’information et des communications (TIC) et a souligné que ces technologies ne représentent pas une menace en soi, mais que leurs utilisations illicites potentielles pourraient affecter la paix et la sécurité internationales.

Parmi ces menaces figurent, par exemple, l’utilisation des TIC comme prétexte pour déclencher des guerres, pour la menace ou l’emploi de la puissance de guerre, la subversion et la déstabilisation.

peo/rgh/rrj

EN CONTINU
notes connexes