jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela rend hommage au chanteur du peuple Ali Primera

Caracas 14 février (Prensa Latina) Des centaines de Vénézuéliens se sont joints hier à la traditionnelle Marche des Œillets rouges pour rendre hommage au chanteur du peuple, Ali Primera, à l’occasion du 35e anniversaire de sa mort.

Un cortège auquel se sont joints la famille, des amis du chanteur, des artistes et des intellectuels vénézuéliens, a parcouru les rues de cette capitale du Panthéon national à la place Ali Primera, tous avec un œillet rouge dans la main, symbole de la lutte et de l´engagement de celui qui était non seulement un grand chanteur mais aussi un militant communiste.

La première marche des Œillets Rouges s’est déroulée spontanément en 1985 lors de son enterrement à Paraguaná, dans l´État de Falcon, lorsque sa mère, Carmen Adela de Primera, a porté cette fleur accompagnée par des amis, et depuis, chaque année, se répète la marche commémorative, qui devint alors une protestation des mouvements progressistes contre les gouvernements en place.

Après la victoire de la révolution bolivarienne, cette marche est devenue un espace de soutien au processus en marche et aux présidents Hugo Chávez et Nicolás Maduro.

Ely Rafael Primera Rossell, plus connu sous le nom d’Ali Primera, était un musicien, chanteur, compositeur, poète, chimiste, activiste politique et militant communiste vénézuélien.

Connu aussi pour son surnom ‘El Cantor del Pueblo’ (le chanteur du peuple), il a fait de la musique une tranchée de lutte populaire, dans laquelle il dénonçait les traitements infligés par le gouvernement de la IVe République au peuple marginalisé de l’époque.

Le chanteur est décédé le 16 février 1985, dans des circonstances étranges, que le gouvernement de l’époque a officiellement décrétées comme un accident de la route sur l’autoroute Valle-Coche de Caracas, mais des doutes subsistent quant à la véracité de cette conclusion, en raison de ses positions politiques et de ses luttes contre la corruption gouvernementale.

Des années plus tard, en 2005, le commandant Hugo Chávez décréta la musique d’Ali Primera comme Patrimoine Culturel vénézuélien.

peo/agp/ycv

EN CONTINU
notes connexes