mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Dénonciation de la corruption croissante du gouvernement d’Áñez en Bolivie

La Paz, 17 février (Prensa Latina) Un dirigeant du Mouvement Vers le Socialisme (MAS) et un ancien ministre du gouvernement de facto de Jeanine Áñez ont dénoncé samedi la grave corruption qui règne au sein du régime installé il y a près de trois mois en Bolivie.

Le dirigeant du MAS, Andronico Rodriguez, a déclaré que la corruption avait provoqué une usure rapide du gouvernement d’Áñez, parce que l’État et ses entreprises sont devenus un butin politique, et a mentionné les cas de la compagnie aérienne BoA et de la société nationale de télécommunications (Entel).

De son côté, Xerxès Justinien, qui a été remplacé par Yerko Núñez au poste de ministre de la Présidence au sein du gouvernement d´Añez, a dénoncé la corruption qui régnait au sein de l’Unité des projets spéciaux (UPRE).

‘En si peu de temps, le discrédit et l’usure du gouvernement sont fatals’, a déclaré Andronico Rodriguez dans la ville de Cochabamba, au centre du pays, lors de sa campagne pour les élections du 3 mai prochain, au cours de laquelle il postule pour un siège parlementaire. Il a évoqué le cas d’Entel, où le directeur général nommé par le gouvernement d’Áñez et ses alliés, Elio Montes, a dilapidé impunément les fonds de la société et, après avoir été destitué, s’est enfui jeudi dernier aux États-Unis.

Il a mis en doute la transparence de la gestion des entreprises publiques telles que les gisements pétrolifères boliviens (YPFB) et d’autres institutions qui ont été prises par des politiciens officiels comme s´il s´agissait de leur propriété.

Celui qui est également vice-président des fédérations de producteurs de feuilles de coca du département de Cochabamba a souligné que la corruption tend à s’aggraver.

Cette situation met en péril les prestations sociales Juancito Pinto, d’aide aux écoliers à faible revenu, et Renta Dignidad, pour les personnes âgées dans le besoin, qui sont financées par les bénéfices des entreprises publiques, a déclaré Rodriguez.

Jerjes Justiniano a pour sa part demandé une enquête contre l’UPRE, pour des allégations selon lesquelles les entreprises de construction étaient tenues de verser des pots-de-vin pour que les travaux publics exécutés sous le gouvernement d’Evo Morales leur soient totalement payés.

Nous demandons au gouvernement de mener une enquête approfondie pour mettre fin à tous les actes de corruption, et le régime doit cesser d’affirmer que les actes de corruption ne sont que des rumeurs, a-t-il insisté.

Par ailleurs, nous apprenons que le parquet bolivien a ordonné aujourd’hui l’arrestation de l’ancien directeur de la société nationale des télécommunications S.A (Entel) Elio Montes pour enrichissement illicite ayant des répercussions sur l´État.

Montes, qui se trouve donc aux États-Unis depuis le 13 février, est accusé d´avoir détourné des millions de bolivianos (monnaie locale) du budget de la compagnie en à peine un peu plus de 80 jours à la tête de l’entité, et ce après avoir été nommé par le gouvernement de facto présidé par Jeanine Áñez.

peo/jf/mrs/ mgt/avs

EN CONTINU
notes connexes