mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Copppal préoccupée par la suspension des élections dominicaines

Saint-Domingue, 17 février (Prensa Latina) L’Observatoire électoral de la Conférence Permanente des Partis Politiques d’Amérique Latine et des Caraïbes (Copppal) a exprimé aujourd’hui sa préoccupation face à la suspension des élections municipales en République Dominicaine.

Par le biais d’un communiqué auquel a eu accès Prensa Latina, l’organisme régional a déclaré que des faits tels que ceux-ci menacent les institutions démocratiques du pays, d’autant plus que des élections générales auront lieu en mai.

Dans un contexte politique marqué par une forte tension à l´intérieur même des partis lors des élections primaires d’octobre dernier, l’échec d’un processus électoral en raison d´erreurs techniques est très préjudiciable à la vie politique et démocratique de la nation, a ajouté la Copppal.

‘Bien que l’Observatoire électoral de la Copppal nous n´ait pu participer en tant qu’observateurs parce qu’il n’a pas été accrédités par le Conseil central électoral (JCE), nous sommes prêts à coopérer avec nos équipes techniques en vue des élections présidentielles pour la légitimité et la transparence du processus’.

La Conférence a également rappelé que lors des primaires d´octobre dernier, des difficultés avaient été constatées dans la mise en œuvre du vote automatisé et que les partis avaient demandé un audit du système avant de le mettre en œuvre, chose qui n’a pas été faite, puisque le JCE a fait valoir que personne n´avait répondu à l’appel d’offres international pour réaliser cet audit.

À cette occasion, l’Observatoire électoral a eu l’occasion de rencontrer diverses forces politiques et s’est fait l’écho de leurs préoccupations concernant la légitimité du système de vote automatisé, a signalé la Copppal.

Enfin, le communiqué signé par la directrice de l’Observatoire, Dolores Gandulfo, a précisé que ‘nous considérons que pour qu’un outil électoral soit légitime, il doit avoir le consensus tant de la citoyenneté que des forces politiques dans le but du plein exercice de la démocratie’.

peo/mem/Ema

EN CONTINU
notes connexes