lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU préoccupée par l’annonce israélienne de l’expansion des colonies de peuplement

Nations Unies, 28 février (Prensa Latina) Le coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a exprimé hier sa vive préoccupation face aux annonces d’Israël concernant les avancées de la construction de colonies de peuplement dans plusieurs zones de Cisjordanie occupée. Ces colonies sont illégales au regard du droit international et constituent un obstacle majeur à la paix, a-t-il souligné dans un communiqué.

Mladenov a exhorté les autorités de Tel-Aviv à s’abstenir de prendre de telles mesures unilatérales qui alimentent l’instabilité et compromettent davantage les perspectives de négociations entre palestiniens et israéliens sur la base des résolutions de l’ONU, du droit international et des accords bilatéraux.

Le gouvernement égyptien a également condamné ce jeudi la décision israélienne de construire environ 3000 colonies de peuplement en Cisjordanie, considérant que cela compromet les chances d’un processus de paix avec les palestiniens.

Une telle détermination viole les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU sur le conflit entre les deux parties et les principes essentiels du droit international, précise une déclaration de la chancellerie égyptienne publiée par le journal Ahram.

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a annoncé cette semaine qu’il reprendrait le projet de construction d’environ 3500 logements pour les colons juifs dans la zone connue comme E1.

Selon des analystes ce plan était gelé en raison de la pression internationale et s’il se concrétisait, il diviserait alors la Cisjordanie en deux, isolerait les palestiniens de Jérusalem et entraverait la possibilité de créer un État visible et continu pour ce peuple arabe.

Les déclarations de Netanyahu concernant les nouveaux sites ne sont faites qu’à quelques jours des élections de mars en Israël et peu après la présentation du prétendu Accord du siècle par le président étasunien Donald Trump.

Ce projet accorde aux palestiniens une autonomie limitée à l’intérieur d’un territoire découpé, réparti sur des portions de la bande de Gaza et de la Cisjordanie. En outre, il ne prend pas en compte la problématique des réfugiés qui aspirent à retourner sur leur terre.

Mais les résolutions de l’ONU préconisent la création de deux États, Israël et la Palestine, et rejettent également la construction de colonies de Tel-Aviv dans les territoires occupés, considérées comme illégales.

peo/jcm/ifb

EN CONTINU
notes connexes