lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La capitale du Chili se réveille avec des barricades et des manifestations

Santiago du Chili, 2 mars (Prensa Latina) Lors du dénommé Super Lundi, alors que le pays reprend son activité habituelle après les vacances, cette capitale s´est réveillée avec des barricades et des protestations en plusieurs endroits de la ville.

En différents endroits de la périphérie urbaine, des membres du mouvement communautaire Ukamau ont manifesté pour protester contre l’absence de solutions de la part du gouvernement aux revendications sociales réclamées depuis le 18 octobre 2018 sur de nombreux sujets tels que la santé et le logement, a déclaré à la presse Doris González, porte-parole de l’organisation. À l’aide de gaz lacrymogènes et de canon à eau, les forces spéciales des carabiniers ont dispersé les manifestants en divers endroits, provocant de sérieux embouteillages.

Stephani Duarte, porte-parole d’Ukamau dans la commune de Peñaflor, a déclaré que ce mouvement, dont la revendication est centrée sur la reconnaissance du droit à un logement décent, s’exprime en cette occasion pour la poursuite de la mobilisation dans le pays afin que le gouvernement réponde aux demandes populaires.

Duarte a ajouté que les habitants appelaient à voter en faveur d’une nouvelle constitution lors du plébiscite d’avril et a assuré que les manifestations se poursuivraient dans les jours à venir.

De même, des membres du mouvement No mas TAG, qui rejette les coûts très élevés des tarifs d’utilisation des autoroutes, ont également organisé une manifestation à bord de leurs véhicules pour exiger que le gouvernement respecte les accords qui ont été conclus en décembre dernier et qui n’ont pas été mis en œuvre.

En de nombreux lieux de la ville, des émeutes et des barricades se sont produites tout au long de la nuit, provoquant l’incendie d’un autobus des transports publics dans la commune de San Ramon.

Pour ce lundi, le gouvernement a renforcé les itinéraires des autobus du service Transantiago et la sécurité des stations du métro de la capitale avec la présence doublée de carabiniers dans ces lieux ainsi que dans plus de cent points de la ville.

Le gouvernement insiste pour intensifier le programme de sécurité en mars, compte tenu de l’augmentation prévisible des manifestations populaires au cours du mois.

Hier soir, le président Sebastián Piñera a dédié toute une interview sur une chaîne de télévision pour parler de cette question, et il a dit que s’il juge nécessaire de rétablir l’état d’urgence dans le pays, il le fera de toute façon.

peo/mem/rc

EN CONTINU
notes connexes