dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les tentacules de la CIA en Argentine

Par Maylín Vidal

Buenos Aires, 2 mars (Prensa Latina) Un autre scandale d’espionnage de l´Agence Centrale de Renseignement nord-américaine (CIA, pour ses sigles en anglais) a éclaté après qu´il ait été connu que les États-Unis ont intercepté des communications via une société suisse dans près de 120 pays, dont en Argentine pour aider le Royaume-Uni pendant la guerre des Malouines (1982).

L´information, révélée dans une enquête du quotidien The Washington Post, montre comment cette agence, à travers les machines de la société suisse Cryto AG, a suivi les mouvements du pays sud-américain pour collaborer avec la Grande-Bretagne.

Le rapport révèle que la CIA et les services de renseignements de l’Allemagne de l’Ouest de l’époque contrôlaient Crypto AG, qui a fabriqué et vendu des dispositifs de cryptage à des gouvernements alliés et adversaires dans de nombreux pays.

Des documents montrent comment, en 1982, le gouvernement de l’ancien président étasunien Ronald Reagan en a profité pour écouter, par l’intermédiaire des équipements acquis par le dictateur argentin Jorge Videla, des communications privées et ainsi appuyer les britanniques.

Nous sommes face au scandale d’espionnage le plus important du 21ème siècle, plus important que Wikileaks’, a déclaré récemment dans le programme Data Urgente le président du Centre des anciens combattants des Malouines, Mario Volpe.

Il a souligné que les États-Unis et la Suisse devraient présenter leurs excuses à l’Argentine pour cette situation. ‘Ils avaient des informations sur des morts et des disparus lors de la dernière dictature militaire (1976-1983), sur les vols de la mort et les Malouines et je pense que nous avons le droit à des excuses très sérieuses’, a-t-il affirmé.

Dans une interview avec le portail argentin TN, le journaliste qui a révélé toute cette histoire dans The Washington Post, Greg Miller, a raconté que ce pays est mentionné plus que tout autre dans les documents.

« Ils parlent de la façon dont beaucoup de ces appareils étaient vendus à l’Argentine. De comment les États-Unis étaient capables d’écouter les militaires argentins pendant la guerre des Malouines et ont partagé cette information avec le Royaume-Uni pour leur donner un plus grand avantage dans le conflit », a précisé Miller.

« Ils mentionnent également la façon dont le pays sud-américain a été induit en erreur pour croire qu’il s’agissait de machines ordinaires, même lorsque le gouvernement a commencé à soupçonner qu’il y avait un problème », a-t-il ajouté.

peo/mem/car/may

EN CONTINU
notes connexes