dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis encouragent une ingérence directe contre la Syrie

Par Pedro Garcia Hernandez

Damas, 4 mars (Prensa Latina) Trois hauts fonctionnaires étasuniens sont entrés dans des zones de la province syrienne d’Idlib, en violation flagrante des normes internationales, a dénoncé aujourd’hui la chancellerie de cette nation du Levant.

Le Ministère syrien des Affaires Étrangères a déclaré qu’il s’agissait d’un acte de banditisme de la part de l’administration de Washington et du gouvernement turc. James Jeffrey, représentant de Washington pour la Syrie et Kelly Kraft, déléguée des États-Unis aux Nations Unies, accompagnés de David Satterfield, ambassadeur étasunien en Turquie, sont entrés clandestinement sur le territoire de cette province par le point de passage de Bab Al Hawa, selon les données publiées.

« La Turquie est un allié de l’OTAN. Nous avons un très, très grand programme de ventes militaires à l’étranger. La plupart des militaires utilisent du matériel étasunien. Nous nous assurerons que l’équipement soit prêt et utilisable », a déclaré Jeffrey dans des documents diffusés entre autres par la chaîne Al Masdar.

Les États-Unis partagent des informations avec la Turquie par l’intermédiaire de l’OTAN et ont souligné que Washington « veillera à ce qu’ils aient ce dont ils ont besoin là-bas », ont précisé les rapports.

À cet égard, le Ministère syrien des Affaires Étrangères a indiqué qu’il n’était pas surprenant que les responsables étasuniens s’infiltrent ainsi après avoir fourni toutes les formes de soutien aux groupes terroristes, y compris leur transfert caché en Syrie.

C’est une violation flagrante de toutes les résolutions de l’ONU relatives à la lutte contre le terrorisme, ajoute le texte.

Des images diffusées sur Internet et y compris dans les médias officiels turcs montrent Jeffrey et les autres fonctionnaires nord-américains posant avec des membres des controversés Casques Blancs.

Pour des analystes et observateurs, Jeffrey et ses collègues ont fait preuve d’un cynisme total et ont confirmé que les États-Unis souhaitaient appuyer les opérations de la Turquie à Idlib en fournissant des munitions et une prétendue aide humanitaire.

De même, certains commentaires à ce sujet indiquent que Washington et ses alliés manquent de sagesse et provoquent une dangereuse escalade des tensions au milieu d’un affrontement continu entre les troupes turques, soutenant des groupes extrémistes, et l’armée syrienne.

La Turquie, qui soutient et arme le dénommé Front National de Libération, composé d’éléments de l’ancienne Armée Syrienne Libre, tente de qualifier les attaques contre la Syrie d’autodéfense.

L’intensification des actions étasuniennes en faveur de la Turquie comprend également une vaste campagne médiatique visant à falsifier des données concernant les réfugiés et les personnes déplacées et à provoquer des réactions en Europe contre la Syrie, a dénoncé le Centre russe pour la réconciliation dans cette nation du Levant.

Peo/rgh/pgh

EN CONTINU
notes connexes