lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’attachement de Cuba aux droits de l’Homme reconnu en France

Paris, 6 mars (Prensa Latina) L’association Cuba Coopération France (CubaCoop) a reconnu hier l’engagement du gouvernement de l’île en faveur des droits de l’Homme et a refusé que ceux-ci soient utilisés pour l’attaquer.

Il s’agit d’un sujet souvent utilisé pour critiquer Cuba, mais nous avons montré dans de nombreux articles que la plus grande des Antilles n’a pas de leçon à recevoir à ce sujet, a souligné dans sa publication numérique hebdomadaire l’entité, fondée en 1995 pour promouvoir les liens d’amitié et de solidarité avec le pays des caraïbes.

CubaCoop a dénoncé le recours par les États-Unis à la question des droits de l’Homme pour justifier l’imposition de son blocus criminel, malgré leur manque de morale pour le faire.

Prenons, par exemple, la santé, un thème bien lié à l’actualité (alors que le monde est confronté à la progression de l’épidémie de coronavirus COVID-19), qui est accessible et gratuite à toute la population de l’île, où il y a plus de médecins par habitant qu’ailleurs, et deux fois plus qu’en France, a précisé CubaCoop.

Selon le vice-président de l’association française, Michel Humbert, qui signe le texte, l’une des forces internationalement reconnues de la médecine cubaine est son approche axée sur la prévention, à laquelle s’ajoutent d’autres comme la production de ses propres médicaments, dont un justement testé en Chine pour faire face à l’épidémie de COVID-19.

Mais la plus grande des Antilles va bien au-delà, et ses médecins sont présents dans les nations pauvres et son École Latino-américaine de Médecine (ELAM) a formé des dizaines de milliers de professionnels de nombreux pays, a souligné CubaCoop, organisation liée à des projets aux bénéfices sociaux dans plusieurs provinces cubaines.

Il y est également souligné que l’île a accueilli et pris en charge pendant deux décennies plus de 26 mille enfants et adolescents affectés par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, et ce au milieu de l’impact du blocus étasunien.

Nous ne parlons pas de discours, mais de faits concrets, dont ignorent ceux qui prétendent donner des leçons et leurs médias de communication, a-t-il ajouté.

CubaCoop a également dénoncé la croisade de l’administration du président nord-américain Donald Trump contre la collaboration médicale cubaine dans les nations du Sud.

À cet égard, l’association considère l’engagement de Cuba en faveur des droits de l’Homme comme une raison supplémentaire de lutter contre le blocus économique, commercial et financier qui freine son développement.

peo/tgj/wmr

EN CONTINU
notes connexes