lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´Uruguay de retour au sein du traité interventionniste de l’OEA

Montevideo, 11 mars (Prensa Latina) Le chancelier d’Uruguay, Ernesto Talvi, a annoncé hier le retour du pays au sein du Traité Interaméricain d´Assistance Réciproque (TIAR), dans un élan de réalignement en politique étrangère sous le nouveau gouvernement de coalition de droite.

Dans un communiqué, il a d´abord annoncé le retrait de l’Union des nations sud-américaines (Unasur) au motif qu’il s’agit d’un organisme régional lié aux ‘orientations politico-idéologiques’, et parce qu´ ‘il n’a plus de siège’ (l´Équateur ayant annulé sa participation).

Toutefois, il a fait valoir qu’avec le retour et la permanence au sein du TIAR, le pays renforce également son engagement historique envers le système interaméricain et l’a transmis dans une note au secrétaire général de l’Organisation des États Américains (OEA), Luis Almagro.

Talvi a déclaré que le nouveau gouvernement uruguayen considérait que le retrait du TIAR affaiblissait le système interaméricain et empêchait le pays de faire entendre sa voix dans ce domaine d’assistance mutuelle en matière de défense collective et de sécurité continentale.

En septembre dernier, le ministre des Affaires Étrangères de l’époque, Rodolfo Nin Novoa, avait dénoncé devant l’Assemblée Générale des Nations Unies le caractère interventionniste du TIAR et son instrumentalisation pour renverser par la force le gouvernement légitime du Venezuela présidé par Nicolas Maduro.

Son successeur à ce portefeuille a indiqué que sa première mission serait à l’Assemblée Générale de l’OEA le 20 mars prochain pour appuyer officiellement la candidature à la réélection d’Almagro, que le Frente Amplio (alliance de gauche auparavant au pouvoir) a expulsé de ses rangs pour avoir publiquement favorisé une intervention militaire étasunienne au Venezuela.

L’un des premiers actes de redéfinition diplomatique du gouvernement installé le 1 mars dernier a été de se retirer du Mécanisme de Montevideo, partagé avec le Mexique pour favoriser un dialogue entre les parties en conflit au Venezuela.

peo/acl/hr

EN CONTINU
notes connexes