dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Evo Morales appelle à réhabiliter le réseau de radios communautaires en Bolivie

Buenos Aires, 23 mars (Prensa Latina) L’ancien président bolivien Evo Morales a signalé hier la nécessité de réhabiliter le réseau de radios communautaires dans son pays pour informer sur la maladie du Covid-19, déclarée pandémie par l’Organisation Mondiale de la Santé.

‘Le régime de facto doit immédiatement remettre en état le fonctionnement du réseau de radios communautaires, illégalement réduits au silence. Au milieu de cette pandémie, l’information doit parvenir dans chaque recoin et à chaque famille’, a écrit sur son compte Twitter Morales, réfugié en Argentine suite au coup d’État du 10 novembre dernier.

La Bolivie compte 27 cas confirmés de Covid 19 et face à la propagation rapide de la maladie, le pays a décrété la quarantaine totale à partir d´hier et pendant 14 jours, mesure qui vise à diminuer le nombre de contagions.

Après le coup d’État qui a contraint Morales à démissionner en novembre dernier, le gouvernement de facto mis en place a lancé une croisade contre ces médias qu’il considérait comme critiques envers leur gestion.

En l’espace de trois mois environ, les autorités du coup d’État ont fermé plus de 50 stations de radio communautaires et d’autres médias, proches de Morales et du gouvernement du Mouvement Vers le Socialisme (MAS), administrés par des communautés indigènes et des organisations sociales.

Cette situation a été dénoncée à plusieurs reprises comme une violation des droits de l’Homme, de la liberté d’expression des boliviens et représentant des persécutions politiques.

En août 2006, Morales a lancé un réseau de stations de radio communautaires appelé Radio Patria Nueva, qui reliait 30 stations de différentes régions du pays andin-amazonien.

Le dirigeant indigène avait alors assuré que ce système contribuerait aux changements que la Bolivie adopterait sous le gouvernement du MAS, dont la réduction de la pauvreté, l’universalisation de la santé et de l’éducation, la récupération des ressources naturelles et la refondation des médias de communication d’État.

Par ailleurs, le Tribunal Suprême Électoral a suspendu le calendrier prévu pour les élections générales du 3 mai prochain en raison de la situation sanitaire dans le pays.

Selon des sondages récents, le MAS est favori pour s´imposer dans les urnes et pourrait même le faire dès le premier tour.

Selon certains experts, repousser la date des élections permettra d´oxygéner les campagnes des rivaux les plus proches et d´élaborer de nouvelles stratégies.

Peo/oda/avs

EN CONTINU
notes connexes